Carcinome hépatocellulaire : un biomarqueur pourrait révéler une réponse à la chimioembolisation transartérielle

  • Yang M & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une baisse du taux de décarboxyprothrombine (DCP) est associée à une réponse positive à la chimioembolisation transartérielle (Transarterial Chemoembolization, TACE), dans le cadre du carcinome hépatocellulaire (CHC) non résécable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des indicateurs précoces de la présence ou de l’absence de réponse à la TACE pourraient permettre de prévenir une aggravation de l’état des patients.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 6 études de cohortes rétrospectives (n = 943).
  • Financement : Projet de financement de l’innovation à destination des étudiants en Master de la province du Hebei.

Principaux résultats

  • Trois études ont évalué le taux de DCP à l’inclusion et la survie globale (SG). Un taux de DCP faible à l’inclusion (moins de 100 mAU/ml) était associé à une meilleure SG (rapport de risque [RR] : 0,653 ; IC à 95 % : 0,444–0,960 ; I2 = 55,3 % ; P = 0,08). Des bénéfices ont également été observés lors des sous-analyses des patients faisant l’objet d’une TACE ou d’une chimiothérapie intra-artérielle hépatique (CIAH).
  • 4 études ont révélé qu’une réponse de la DCP, définie comme une réduction de plus de 50 % du taux de DCP, était associée à une meilleure SG (RR : 0,387 ; IC à 95 % : 0,215–0,697 ; I2 = 67,7 % ; P = 0,03). Des bénéfices ont également été observés lors des sous-analyses des patients faisant l’objet d’une TACE ou d’une CIAH.
  • 3 études ont révélé que la réponse de la DCP était associée à une amélioration de la SSP, calculée à l’aide d’un modèle à effets aléatoires, en raison d’une hétérogénéité significative (RR : 0,42 ; IC à 95 % : 0,23–0,74 ; I2 = 55,6 % ; P = 0,105). Des bénéfices ont également été observés lors des sous-analyses des patients faisant l’objet d’une TACE ou d’une CIAH.

Limites

  • Les études ont été menées auprès de patients d’origine ethnique asiatique.