Carcinome du nasopharynx : l’expression tumorale de PD-L1 prédit une survie défavorable

  • Cao Y & al.
  • BMC Cancer
  • 29 oct. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’expression tumorale du ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death-Ligand 1, PD-L1) est associée à une réduction de la survie globale (SG) et de la survie sans progression (SSP) chez les patients atteints d’un carcinome du nasopharynx (CNP).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les facteurs de pronostic peuvent permettre de guider la prise en charge des patients.

Principaux résultats

  • L’expression de PD-L1 a été évaluée dans 87,6 % des tissus de biopsie.
  • L’expression de PD-L1 était de 0 % chez 11,0 % des patients, de 1–5 % chez 14,3 % des patients, de 5–49 % chez 47,4 % des patients, et d’au moins 50 % chez 26 % des patients.
  • Lors de l’analyse de la survie, une expression de PD-L1 d’au moins 50 % était associée à une réduction de la SG (P 
  • L’expression de PD-L1 était associée à la SG à l’analyse multivariée (rapport de risque [RR] : 2,361 ; P 
  • La mutation BRAF était associée à une réduction de la SSP (P = 0,044 dans le cadre de l’analyse de la survie ; P = 0,035 avec le test exact de Fisher).
    • Le statut de BRAF n’était pas associé à la SG à l’analyse multivariée (RR : 1,349 ; P = 0,218).
  • Protocole de l’étude

    • 154 patients atteints d’un CNP ayant fait l’objet d’un traitement standard, notamment une radiothérapie avec ou sans chimiothérapie, ont été inclus.
    • Financement : Fonds de développement des sciences et des technologies de Macao.

    Limites

    • Étude rétrospective.
    • Pas d’analyse multivariée de la SSP.