Carcinome canalaire in situ : l’administration d’une radiothérapie ne dépend pas de caractéristiques démographiques ou liées au style de vie

  • Mullooly M & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 17 oct. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les caractéristiques démographiques et liées au mode de vie, y compris le tabagisme, ne sont pas associées à l’administration d’une radiothérapie aux patientes atteintes d’un carcinome canalaire in situ (CCIS), d’après l’Étude sur le régime alimentaire et la santé NIH-AARP.

Pourquoi est-ce important ?

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective (n = 1 628) de patientes atteintes d’un CCIS incident (1995–2011), issues de l’Étude sur le régime alimentaire et la santé NIH-AARP, a été analysée.
  • Des informations cliniques et sur la radiothérapie ont été obtenues auprès des registres du cancer des États.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Une radiothérapie a été administrée à 45 % des patientes atteintes d’un CCIS (n = 730).
  • La plupart des facteurs démographiques/liés au mode de vie n’étaient pas associés à l’administration d’une radiothérapie, y compris un tabagisme actuel (rapport de cotes [RC] : 0,97 ; IC à 95 % : 0,70–1,34).
    • Une consommation modérée d’alcool et une activité physique peu fréquente étaient associées à l’administration d’une radiothérapie, mais aucune tendance significative n’a été identifiée pour chacun de ces facteurs (Ptendance = 0,18 et 0,35, respectivement).
  • La radiothérapie était fortement associée à plusieurs facteurs cliniques :
    • un diagnostic plus récent (2005–2011, contre 1995–1999 : RC de 1,60 ; IC à 95 % : 1,14–2,25) ;
    • des tumeurs mal différenciées, comparativement à des tumeurs bien différenciées (RC : 1,69 ; IC à 95 % : 1,16–2,46) ;
    • l’administration d’une endocrinothérapie, comparativement à l’absence d’endocrinothérapie (RC : 3,37 ; IC à 95 % : 2,56–4,44).

Limites

  • Faible taux de réponse.
  • Protocole observationnel.