Carcinome basocellulaire localement avancé : le vismodégib permet d’obtenir un taux de réponse de 85 % après un arrêt du traitement et une rechute

  • Herms F & al.
  • J Clin Oncol
  • 14 oct. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un carcinome basocellulaire localement avancé (CBC-LA) ayant arrêté le vismodégib et rechuté, une reprise du traitement est associée à un taux de réponse objective de 85 %, selon une étude rétrospective.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les événements indésirables associés au vismodégib entraînent souvent l’arrêt du traitement.

Principaux résultats

  • La survie sans rechute (SSR) médiane des patients ayant arrêté le vismodégib était de 18,4 mois (IC à 95 % : 13,5–24,8) ; le taux de SSR à 36 mois était de 35,4 % (IC à 95 % : 22,5–47,9 %).
  • Le CBC des membres/du tronc était associé à un risque accru de rechute (rapport de risque [RR] : 2,77 ; P = 0,019).
  • 50 % des patients ayant présenté une rechute ont repris le traitement par vismodégib, avec un taux de réponse objective de 85 % (37 % de réponses complètes, 48 % de réponses partielles) et une éligibilité à une intervention chirurgicale pour 42 % des patients.

Protocole de l’étude

  • 116 patients atteints d’un CBC-LA qui avaient initialement obtenu une réponse complète au vismodégib, mais qui ont ensuite arrêté le traitement, ont fait l’objet d’une analyse afin d’évaluer la SSR et les effets du traitement ultérieur.
  • 27 patients ayant présenté une rechute ont repris le traitement par vismodégib.
  • Financement : Roche Laboratories.

Limites

  • Protocole de l’étude rétrospectif.
  • Échantillon de patients de petite taille.