Carcinome à cellules de Merkel : le pembrolizumab permet d’améliorer la survie et le contrôle tumoral

  • Nghiem P & al.
  • J Clin Oncol
  • 6 févr. 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement de première intention par pembrolizumab était associé à un taux de réponse objective (TRO) de 56 % et à une SG à 24 mois de 68,7 %, dans un essai de phase II multicentrique mené auprès de 50 patients atteints d’un carcinome à cellules de Merkel (CCM ; Réseau des essais d’immunothérapie oncologique-09 [Cancer Immunotherapy Trials Network]/Keynote-017).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pembrolizumab a permis d’obtenir de meilleures réponses et une survie plus longue que celles attendues avec une chimiothérapie de première intention conventionnelle.

Principaux résultats

  • Le TRO au pembrolizumab était de 56 % (24 % de réponse complète et 32 % de réponse partielle).
    • Le TRO était de 59 % pour les tumeurs positives au virus et de 53 % pour les tumeurs négatives au virus (P = 0,765).
  • La SSP à 24 mois était de 48,3 % ; la SSP médiane était de 16,8 mois.
  • La SG à 24 mois était de 68,7 % ; la SG médiane n’a pas été atteinte.
  • 28 % des patients ont présenté des événements indésirables de grade 3 ou supérieur liés au traitement
  • 14 % des patients ont arrêté le traitement en raison d’événements indésirables liés au traitement.
  • Un patient a présenté une mortalité liée au traitement.

Protocole de l’étude

  • 50 patients atteints d’un CCM, avec un indice de performance selon le Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte Est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group, ECOG) de 0/1 et naïfs de traitement systémique, ont reçu 2 mg/kg de pembrolizumab toutes les 3 semaines pendant une période allant jusqu’à 2 ans.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) ; Fonds de donations à destination des patients atteints d’un CCM (MCC Patient Gift Fund) de l’Université de Washington (University of Washington) ; Bourse Kelsey Dickson de recherche sur le CCM (Kelsey Dickson MCC Challenge Grant) de la Fondation pour la lutte contre le cancer de la prostate (Prostate Cancer Foundation) ; Merck & Co., Inc., Kenilworth, NJ, États-Unis.

Limites

  • Échantillon de patients de petite taille.
  • Aucune population témoin.