Caractérisation d’une cohorte pédiatrique de cas COVID-19 admis en soins intensifs


  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Une étude transversale rétrospective menée dans un réseau de services de soins intensifs pédiatriques (USIP) nord-américains, portant sur 48 enfants hospitalisés, montre que 40 d’entre eux avaient des comorbidités, dont des pathologies complexes et l’obésité. La ventilation invasive a été nécessaire pour 18 enfants et le taux de mortalité hospitalière était de 4,2%.

 

Plus de 300 USIP nord-américains ont formé un réseau au cours du mois de mars 2020 afin de partager leurs observations et pratiques cliniques. Ils publient ce jour la synthèse des 48 premiers cas de COVID-19 recensés chez les moins de 21 ans et admis au sein de leur réseau (entre le 14 mars et le 3 avril).

Les enfants hospitalisés (52% de garçons) avaient entre 4 et 16 ans (médiane 13 ans, dont 8 de moins de 1 an et 25 entre 11 et 21 ans). Comme chez les adultes, les comorbidités concernent plus de 80% des 48 cas graves (dont 24 n’en présentaient qu’une). Pour 19 d’entre eux, il s’agissait d’une présentation complexe c’est-à-dire d’enfants ayant une assistance technologique (dont la trachéotomie) au long cours et un retard de développement et/ou une anomalie génétique. Dans 11 cas, ils présentaient une immunosuppression ou une pathologie maligne. L'obésité a été signalée pour 7 enfants, mais elle concernait un enfant sur 5 parmi les plus de 6 ans.

En termes cliniques, la présentation du COVID-19 était respiratoire pour 35 d’entre eux (73%), les présentations gastro-intestinales étaient rares (n=1) et pourraient être associées à des formes plus modérées de la maladie. Au total, 33 étaient dans un état sévère ou critique dès l’admission. Sur le plan de la prise en charge, 12 ont nécessité des traitements vasoactifs. Seuls 6 enfants n’ont pas présenté de défaillance d’organes, 30, 7 et 4 ayant eu une atteinte d’un, 2 ou au moins 3 organes, avec 18 (38%) enfants placés sous ventilation invasive (durée médiane d’intubation 216 heures). Un enfant a été placé sous oxygénation extracorporelle (ECMO).Parmi les soins reçus, 20 enfants n’ont pas reçu de traitement expérimental tandis que 21 ont reçu de l’hydroxychloroquine, 8 de l’azithromycine, 8 un antiviral et 5 du tocilizumab.

La durée d’hospitalisation médiane était de 7 jours, dont 5 en USI. Au total, 2 décès ont été notifiés. Si ce chiffre semble bien plus faible parmi cette cohorte pédiatrique que celui rapporté chez les adultes, il est important de noter que, parallèlement aux 31 enfants sortis de l’hôpital à la date d’analyse, 15 étaient toujours hospitalisés, dont 9 pour une forme sévère ou critique.