CaP-LA : un TPA de 18 mois offre un bénéfice de survie selon l’étude RADAR

  • Denham JW & al.
  • Lancet Oncol
  • 19 déc. 2018

  • de Deepa Koli
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’efficacité d’un traitement par privation androgénique (TPA) à terme intermédiaire (18 mois) s’avère supérieure à celle d’un traitement à court terme (6 mois) chez les patients atteints d’un cancer de la prostate localement avancé (CaP-LA) traités par radiothérapie.
  • L’ajout d’acide zolédronique n’a démontré aucun bénéfice supplémentaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • La durée optimale du TPA dans le cadre d’une prise en charge curative n’est toujours pas établie.

Protocole de l’étude

  • L’étude RADAR randomisée, de phase III, a été réalisée selon un plan factoriel 2 x 2 : 1 071 patients atteints d’un CaP-LA et ayant reçu une radiothérapie ont fait l’objet d’un TPA de 6 ou 18 mois, avec ou sans acide zolédronique.
  • Financement : Conseil national pour la santé et la recherche médicale de l’Australie (National Health and Medical Research Council of Australia).

Principaux résultats

  • Suivi médian de 10,4 ans.
  • Aucune interaction n’a été identifiée entre le TPA et l’acide zolédronique ; les groupes ont donc été fusionnés en deux groupes : TPA de 6 mois et TPA de 18 mois.
  • L’incidence cumulative de mortalité spécifique au cancer à 10 ans était plus élevée avec le TPA de 6 mois qu’avec le TPA de 18 mois (13,3 % contre 9,7 % ; sous-RR [sRR] : 0,70 ; P = 0,035).
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la mortalité toutes causes confondues.
  • Le TPA de 6 mois, comparativement au TPA de 18 mois, était associé à une incidence cumulative plus élevée de :
    • progression à distance : 27,5 % contre 20,7 % (sRR : 0,71 ; P = 0,0044) ;
    • progression locale : 7,9 % contre 4,9 % (sRR : 0,61 ; P = 0,022) ;
    • progression du taux de PSA : 45,9 % contre 34,0 % (sRR : 0,65 ; P 
  • L’ajout d’acide zolédronique n’a eu aucun effet sur les résultats oncologiques.
  • Au total, 12 cas d’ostéonécrose ont été rapportés (dont 3 sous acide zolédronique).

Limites

  • Étude menée en ouvert.