CaP : la prostatectomie ouverte et la prostatectomie robotique présentent une efficacité similaire dans une étude australienne

  • Coughlin GD & et al.
  • Lancet Oncol
  • 12 juil. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prostatectomie laparoscopique robot-assistée et la prostatectomie rétropubienne radicale ouverte ont permis d’obtenir des résultats fonctionnels similaires et de réduire le risque de récidive biochimique à 24 mois chez les patients atteints d’un cancer de la prostate (CaP) localisé.
  • Les résultats oncologiques doivent être interprétés avec prudence en l’absence de traitement postopératoire standardisé entre les différents groupes.

Pourquoi est-ce important ?

  • La prostatectomie robot-assistée est une procédure chirurgicale utilisée fréquemment, mais les données probantes à long terme font défaut.

Protocole de l’étude

  • Étude de phase III menée auprès de 326 hommes atteints d’un CaP localisé, répartis de manière aléatoire pour faire l’objet d’une prostatectomie laparoscopique robot-assistée ou d’une prostatectomie rétropubienne radicale ouverte.
  • Pour les scores de la fonction urinaire et de la fonction sexuelle, le seuil de signification était P ≥ 0,05 (P1 et P2 pour les deux tests t).
  • Financement : Conseil sur le cancer du Queensland (Cancer Council Queensland).

Principaux résultats

  • Dans le groupe avec prostatectomie rétropubienne radicale ouverte, comparativement au groupe avec prostatectomie laparoscopique robot-assistée :
    • Le temps de suivi médian était de 23,93 contre 24 mois.
    • Il n’y avait aucune différence significative au niveau des scores de la fonction urinaire 24 mois après l’intervention chirurgicale (91,33 contre 90,86 ; P1 2 
    • Il n’y avait aucune différence significative au niveau des scores de la fonction sexuelle 24 mois après l’intervention chirurgicale (Indice composite élargi sur le cancer de la prostate : 45,70 contre 46,90 ; P1 = 0,0003 et P2 1 = 0,0003 et P2 = 0,0004).
    • La proportion de patients présentant une récidive biochimique était significativement plus élevée (9 % contre 3 % ; P = 0,0199 pour la supériorité).
    • Il n’y avait aucune différence significative au niveau du taux de progression radiographique (2 % contre 1 % ; P = 0,2956).

Limites

  • Étude menée en ouvert.