CaP : la PR permet de gagner trois années de vie comparativement à l’observation vigilante dans l’étude SPCG-4

  • Bill-Axelson A & et al.
  • N Engl J Med
  • 13 déc. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prostatectomie radicale (PR) est associée à 2,9 années de vie supplémentaires, à 23 ans, comparativement à l’observation vigilante, chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate (CaP) localisé.
  • La PR a permis d’obtenir une mortalité spécifique au cancer et un risque de métastases significativement plus faibles ; les facteurs de pronostic défavorable comprenaient un envahissement extracapsulaire et un score de Gleason plus élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Chez ces patients, l’espérance de vie doit être prise en compte lors du choix du traitement à recommander.

Protocole de l’étude

  • Dans l’étude numéro 4 du groupe scandinave sur le cancer de la prostate (SPCG-4), 695 hommes (âgés de moins de 75 ans) atteints d’un CaP de stade T1b, T1c ou T2 ont été randomisés pour être pris en charge par une observation vigilante ou une PR entre 1989 et 1999.
  • Financement : Société suédoise du cancer ; NIH.

Principaux résultats

  • La durée du suivi était de 29,3 ans.
  • À 23 ans :
    • L’incidence cumulée de décès lié au CaP était significativement plus faible dans le groupe PR (19,6 % contre 31,3 % ; risque relatif [RR] : 0,55 ; P 
    • L’incidence cumulée de métastases à distance était de 26,6 % contre 43,3 % (RR : 0,54 ; P 
    • Le nombre moyen d’années de vie gagnées grâce à la PR était de 2,9.
  • Chez les hommes traités par PR, les facteurs prédictifs significatifs de plus forte mortalité spécifique au CaP étaient :
    • La présence d’un envahissement extracapsulaire (RR : 5,21 ; IC à 95 % : 2,42–11,22).
    • Un score de Gleason de 4 + 3 (RR : 5,73 ; IC à 95 % : 1,59–20,67) ou de 8–9 (RR : 10,63 ; IC à 95 % : 3,03–37,30).

Limites

  • L’étude a débuté avant que l’adoption du test PSA ne se généralise.