CaP avec des métastases osseuses : l’ajout d’une RT ne permet pas d’augmenter la SG dans l’étude néerlandaise HORRAD

  • Boeve LMS & et al.
  • Eur Urol
  • 25 sept. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout d’une radiothérapie externe (RTE) à un traitement par privation androgénique (TPA) n’améliore pas la SG chez les patients atteints d’un cancer de la prostate (CaP) avec des métastases osseuses, selon les données provenant d’un essai randomisé inédit.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats viennent contredire les bénéfices de SG rapportés dans les études rétrospectives.

Protocole de l’étude

  • L’essai contrôlé, randomisé, multicentrique HORRAD a été mené auprès de 432 patients présentant un PSA supérieur à 20 ng/ml et un cancer de la prostate primitif avec des métastases osseuses, traités par TPA avec ou sans RTE localisée.
  • Financement : AstraZeneca ; Ipsen.

Principaux résultats

  • Dans le groupe TPA, le PSA médian était de 149 ng/ml, et 67 % des patients présentaient au moins cinq métastases osseuses.
  • Dans le groupe TPA et RTE, le PSA médian était de 125 ng/ml, et 59 % des patients présentaient au moins cinq métastases osseuses.
  • La durée médiane de suivi était de 47 mois.
  • Il n’y avait aucune différence significative au niveau de la SG médiane entre le groupe TPA et RTE et le groupe TPA seul (45 mois contre 43 ; RRa : 1,11 ; P = 0,4).
  • Le délai médian jusqu’à la progression du PSA était similaire chez les patients recevant un TPA et une RTE et chez ceux recevant un TPA seul (15 mois contre 12 ; RR : 0,86 ; P = 0,20).

Limites

  • Les techniques de traitement utilisées ont pu évoluer au cours de l’essai.