CaP à haut risque : l’ajout de docétaxel à un TPA ne permet pas d’améliorer la SSP

  • Oudard S & et al.
  • JAMA Oncol
  • 31 janv. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Univadis Clinical Summaries
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de docétaxel à un traitement par privation androgénique (TPA) ne permet pas d’améliorer la SSP chez les patients atteints d’un cancer de la prostate (CaP) non métastatique à haut risque, qui présentent une récidive du PSA après un traitement local primaire.
  • Les interruptions du traitement dues à des toxicités étaient plus nombreuses avec l’association TPA et docétaxel.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ajout de docétaxel a permis d’améliorer la survie dans les cas de maladie métastatique.

Protocole de l’étude

  • Un essai de supériorité de phase III, randomisé, a été mené auprès de 254 patients atteints d’un cancer de la prostate non métastatique à haut risque, qui ont présenté une récidive du PSA après un traitement local. Les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir l’association TPA et docétaxel ou un TPA seul.
  • Financement : Sanofi ; Ipsen.

Principaux résultats

  • Aucune différence significative n’a été observée entre le groupe TPA et docétaxel et le groupe TPA en termes de :
    • SSP du PSA après un suivi médian de 30,0 mois (médiane : 20,3 contre 19,3 mois ; RR : 0,85 ; P = 0,31) ;
    • SSP radiologique après un suivi médian de 10,5 ans (médiane : 8,9 contre 9 mois ; RR : 1,03 ; P = 0,88).
  • La SSPr médiane était significativement plus longue chez les patients présentant un maximum de trois facteurs de risque élevé à l’inclusion, comparativement à ceux qui en présentaient plus de trois (9,7 contre 6,1 mois ; RR : 0,54 ; P = 0,008).
  • La SG médiane n’a pas été atteinte.
  • Les événements indésirables hématologiques de grade 3-4 les plus fréquents avec l’association TPA et docétaxel étaient la neutropénie (48,0 %), la neutropénie fébrile (8,0 %) et la thrombopénie (3,0 %).
  • Quatre interruptions du traitement dues à des toxicités sont survenus dans le groupe TPA et docétaxel, contre une dans le groupe TPA.
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes en termes de QdV globale.

Limites

  • Étude menée en ouvert.