CaP à faible risque : le recours à la surveillance active a triplé entre 2010 et 2015

  • Mahal BA & al.
  • JAMA
  • 11 févr. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le recours à la surveillance active ou à l’attente vigilante (SA/AV) a pratiquement triplé chez les patients à faible risque atteints d’un cancer de la prostate (CaP) localisé, entre 2010 et 2015 aux États-Unis.
  • Chez les patients à risque élevé, le recours à la prostatectomie radicale (PR) a augmenté, tandis que l’utilisation de la radiothérapie (RT) a baissé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats reflètent une meilleure observance des recommandations concernant les patients à faible risque.
  • L’augmentation du taux de PR chez les patients à risque élevé ne correspond pas aux recommandations.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée auprès de 164 760 hommes ayant reçu un diagnostic de CaP localisé entre 2010 et 2015.
  • Financement : Fondation de la famille Wood (Wood Family Foundation) ; famille Baker ; autres.

Principaux résultats

  • 12,7 % des patients ont été pris en charge par SA/AV, 41,5 % ont reçu une RT et 45,8 % ont subi une PR.
  • Chez les hommes atteints d’une maladie à faible risque (n = 50 302) :
    • le recours à la SA/AV a augmenté, passant de 14,5 % à 42,1 % (Ptendance 
    • le recours à la PR a diminué, passant de 47,4 % à 31,3 % (Ptendance 
    • et le recours à la RT a diminué, passant de 38,0 % à 26,6 % (Ptendance 
  • Chez les hommes atteints d’une maladie à risque intermédiaire (n = 81 836) :
    • le recours à la SA/AV a augmenté, passant de 5,8 % à 9,6 % (Ptendance 
    • le recours à la PR a diminué, passant de 51,8 % à 50,6 % (P = 0,004),
    • et le recours à la RT a diminué, passant de 42,4 % à 39,8 % (Ptendance 
  • Chez les hommes atteints d’une maladie à risque élevé (n = 32 622) :
    • le recours à la SA/AV est resté stable (Ptendance = 0,08),
    • le recours à la PR a augmenté, passant de 38,0 % à 42,8 % (Ptendance 
    • et le recours à la RT a diminué, passant de 60,1 % à 55,0 % (Ptendance 

Limites

  • Aucune information concernant le recours au traitement par privation androgénique.