Candida auris : le nombre de cas continue à progresser en Europe

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Depuis les enquêtes de 2017 et 2019 ayant décrit le danger représenté par Candida auris, l’actualisation des données épidémiologiques manquaient en Europe. Pour mémoire, C. auris est un pathogène fongique émergent qui est responsable d'infections invasives liées aux soins, potentiellement mortelles. Ce champignon est souvent résistant au fluconazole, et s’avère parfois multirésistant, conduisant à des impasses thérapeutiques.

En Europe, les premières épidémies à C. auris ont eu lieu au Royaume-Uni et en Espagne. Depuis l’apparition du COVID-19, des épidémies de C. auris sont survenues chez des patients ou des unités dédiées aux soins liés au coronavirus. L'apparition d'une épidémie dans des établissements de santé italiens a incité l’UE a lancé une troisième enquête sur le sujet, qui a été conduite en avril 2022.

L’enquête parue dans Eurosurveillance a été conduite auprès des autorités nationales en charge de la surveillance des infections liées aux soins. Elle comportait 14 questions sur le nombre de cas d'infection ou de portage de C. auris et de foyers signalés entre juin 2019 et décembre 2021, qui pouvaient être complétées par les données épidémiologiques entre 2013 et 2019.

Des cas plus fréquents dans davantage de pays

Ainsi, au sein des 30 pays ayant répondu à l'enquête, 1.812 cas de C. auris ont été signalés par 15 pays entre 2013 et 2021. Le nombre de cas déclarés ces dernières années a largement augmenté puisqu’il était de 335 cas en 2020 (8 pays) et de 655 cas déclarés en 2021 (13 pays), alors que le nombre de cas était compris entre 152 et 272 entre 2016 et 2019 et qu’aucun cas n’avait été déclaré avec 2015. L’augmentation du nombre de cas augmentait avec le nombre de pays signalant des cas de C. auris.

Entre 2019 à 2021, cinq pays (Danemark, France, Allemagne, Grèce et Italie) ont signalé 327 patients associés à 14 foyers épidémiques impliquant deux à 214 sujets. Une transmission inter-établissements a eu lieu dans huit foyers.

Malgré l’inquiétude que génère ces épidémies, le contrôle local précoce peut contenir la propagation de C. auris dans les établissements de soins de santé, comme ont pu le faire avec succès le Danemark ou l’Allemagne. Les pays d’Europe du Sud (Espagne, Italie, Grèce) ont été moins efficaces pour contenir la propagation, qui a pour le premier conduit à une diffusion régionale et, pour les deux suivants, à une propagation inter-établissements.

Afin de réagir rapidement et éviter une propagation plus compliquée à maîtriser, les capacités d’analyse de laboratoire et la mise en place d’une surveillance nationale adéquate sont essentielles, ainsi que la mise en œuvre de mesures de contrôle et d’atténuation des conséquences de sa propagation.