Cancers hématologiques : l’avis des patients et des cliniciens diverge concernant le pronostic après la consultation

  • Loh KP & al.
  • Cancer
  • 6 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans la moitié des cas, la discordance entre les patients et les hématologues concernant les chances de guérison d’une hémopathie maligne persiste après une consultation avec un hématologue.
  • Des interventions sont nécessaires afin de réduire la discordance concernant le pronostic.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic des hémopathies malignes peut grandement varier et peut impliquer un large éventail d’options de traitement.
  • Une perception correcte des chances de guérison par les patients est essentielle, afin que ces derniers puissent prendre des décisions éclairées dans ce contexte.  

Protocole de l’étude

  • Une étude multicentrique a été menée afin d’évaluer la discordance entre les patients et les hématologues concernant les chances de guérison d’une hémopathie maligne.
  • L’étude a inclus :
    • 209 patients : âge médian de 53,7 ans (écart-type [ET] : 11,4) ;
    • 46 hématologues : âge médian de 48,9 ans (ET : 8,9).
  • Le test de McNemar a été utilisé afin de comparer les variations de la discordance entre les patients et les hématologues.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Avant la consultation : une discordance a été observée chez 61 % des dyades ; une concordance a été observée chez 39 % (P 
  • Après la consultation : une discordance a été observée chez 50 % des dyades ; une concordance a été observée chez 50 %.
  • Les facteurs associés de manière significative à une discordance après la consultation entre le patient et l’hématologue lors de l’analyse multivariée comprenaient :
    • un niveau d’études inférieur : bac ou moins, contre licence ou plus (rapport de cotes [RC] : 2,24 ; IC à 95 % : 1,02–4,92) ;
    • un score plus élevé à la sous-échelle de soutien social/affection : une variation de 1 unité du score (RC : 1,15 ; IC à 95 % : 1,00–1,32) ; et
    • une discordance avant la consultation entre le patient et l’hématologue : RC de 6,17 (IC à 95 % : 2,99–12,72).

Limites

  • Les données ont été recueillies par le biais d’un questionnaire auto-administré.