Cancers gynécologiques pendant la grossesse : les recommandations ont été mises à jour


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des experts ont mis à jour les recommandations relatives à la prise en charge des femmes enceintes atteintes de cancers gynécologiques. Les recommandations ont été élaborées par le Réseau international sur le cancer, l’infertilité et la grossesse (International Network on Cancer, Infertility and Pregnancy, INCIP) et d’autres experts. Elles reflètent les nouvelles perspectives et expériences acquises depuis la publication des recommandations précédentes en 2014.

Les principales recommandations sont notamment les suivantes :

  • Les actes d’imagerie non ionisante sont les actes diagnostiques privilégiés, mais des méthodes d’imagerie à rayonnement ionisant limité peuvent être autorisées si elles sont essentielles aux plans de traitement.
  • La plupart des schémas de chimiothérapie standard peuvent être administrés après 14 semaines d’âge gestationnel, mais ils ne sont pas recommandés au-delà de 35 semaines.
  • La césarienne est recommandée pour la plupart des cancers du col de l’utérus et de la vulve, tandis que l’accouchement vaginal est autorisé pour la plupart des cancers de l’ovaire.
  • L’allaitement doit être évité dans le cas d’un traitement chimiothérapeutique, endocrinien ou ciblé en cours.

Les recommandations préconisent de mener d’autres études sur les effets toxiques à long terme des traitements anticancéreux gynécologiques, afin d’avoir une pleine compréhension de leur impact sur le fœtus. En particulier, les experts affirment que les données portant sur les thérapies ciblées restent limitées.

Les recommandations encouragent également la participation aux registres des cancers existants et la création de comités des thérapies du cancer multidisciplinaires à l’échelle nationale là où ils n’existent pas déjà.