Cancer tubo-ovarien : la CTNA et la chirurgie de réduction tumorale primaire entraînent une SG similaire

  • Vergote I & al.
  • Lancet Oncol
  • 6 nov. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les femmes atteintes d’un cancer tubo-ovarien avancé, la chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) et la chirurgie de réduction tumorale initiale entraînent une survie à long terme similaire.
  • Chez les femmes atteintes d’une maladie de stade IV, la CTNA confère une survie supérieure.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats plaident en faveur de la CTNA comme traitement standard chez les patientes atteintes d’un cancer tubo-ovarien de stade IV.

Protocole de l’étude

  • Analyse des données individuelles des patientes issues des essais randomisés EORTC 55971 (n = 670) et CHORUS (n = 550).
  • 1 220 femmes atteintes d’un cancer tubo-ovarien avancé ont été affectées de manière aléatoire à une chirurgie de réduction tumorale initiale ou à une CTNA.
  • Financement : Institut national du cancer (National Cancer Institute) ; autres.

Principaux résultats

  • Suivi médian de 7,6 ans.
  • 5 % des femmes étaient atteintes d’une maladie de stade II–IIIb selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (FIGO), 68 % étaient atteintes d’une maladie de stade IIIC et 19 % étaient atteintes d’une maladie de stade IV.
  • La SG médiane était similaire entre la CTNA et la chirurgie de réduction tumorale initiale (27,6 mois contre 26,9 mois ; RR : 0,97 ; P = 0,586).
  • La SG médiane était significativement plus longue dans l’essai EORTC que dans l’essai CHORUS (30,2 mois contre 23,6 mois ; RR : 1,20 ; P = 0,004), mais n’a pas démontré d’hétérogénéité (test statistique Q de Cochran, P = 0,17).
  • Chez les femmes atteintes d’une maladie de stade IV, la CTNA, par rapport à la chirurgie de réduction tumorale initiale, a été associée à une amélioration significative de la :
    • SG (médiane de 24,3 mois contre 21,2 mois ; RR : 0,76 ; P = 0,048).
    • SSP (médiane de 10,6 mois contre 9,7 mois ; RR : 0,77 ; P = 0,049).

Limites

  • Variation du stade de la maladie selon la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique entre les essais.