Cancer rénal métastatique : le tivozanib en traitement ultérieur s’avère supérieur au sorafénib en termes de SSP

  • Rini BI & et al.
  • Lancet Oncol.
  • 3 déc. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre d’un traitement de troisième ou de quatrième intention, le tivozanib a amélioré la survie sans progression (SSP) et a présenté un profil de sécurité d’emploi favorable, comparativement au sorafénib, chez des patients atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) métastatique réfractaire.
  • Le bénéfice de SSP s’est maintenu chez les patients précédemment traités par inhibiteurs de point de contrôle.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP chez les patients à risque défavorable.

Pourquoi est-ce important ?

  • La faible incidence de toxicités liées à la classe médicamenteuse et l’avantage en termes de SSP appuient l’utilisation du tivozanib dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • L’essai multinational de phase III TIVO-3 a été mené auprès de 350 patients (âge médian : 63 ans) atteints d’un CCR métastatique réfractaire, qui ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du tivozanib (n = 175) ou du sorafénib (n = 175).
  • Financement : AVEO Oncology.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 19,0 mois.
  • La SSP médiane était significativement plus longue avec le tivozanib (5,6 mois contre 3,9 mois ; rapport de risque [RR] : 0,73 ; P = 0,016), comparativement au sorafénib.
    • Le bénéfice de la SSP s’est maintenu dans un sous-groupe de patients ayant précédemment reçu des inhibiteurs de point de contrôle (7,3 mois contre 5,1 mois ; RR : 0,55 ; P = 0,028).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP chez les patients à risque défavorable (RR : 1,15 ; IC à 95 % : 1,8–3,5).
  • Dans le groupe tivozanib, comparativement au groupe sorafénib :
    • L’événement indésirable de grade 3–4 lié au traitement le plus fréquent était l’hypertension (20 % contre 14 %).
    • Le taux d’événements indésirables graves liés au traitement était de 11 %, contre 10 %.
  • Aucun décès lié au traitement n’a été rapporté.

Limites

  • Protocole en ouvert.