Cancer rénal : l’ablation pourrait constituer une option de traitement sûre au stade précoce

  • Morkos J & al.
  • Radiology
  • 9 juin 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) de stade I, la cryoablation percutanée permet d’obtenir un meilleur taux de survie que l’intervention chirurgicale.
  • Le risque de maladie métachrone et d’hémodialyse est faible avec la cryoablation percutanée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats appuient l’utilisation de la cryoablation percutanée chez les patients atteints d’une maladie de stade I.

Méthodologie

  • Une étude prospective sur 10 ans a été menée auprès de 134 patients atteints d’un CCR sporadique unique qui avaient fait l’objet d’une cryoablation percutanée.
  • Les taux de survie ont été comparés à ceux de cohortes appariées issues de la base de données nationale américaine du cancer (National Cancer Database, NCDB).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 7,4 ans.
  • À 5 et 10 ans, respectivement :
    • Le taux de survie globale (SG) était de 87 % et 72 %.
    • Le taux de survie sans récidive était de 85 % et 69 %.
    • Le taux de survie spécifique à la maladie était de 94 % pour les deux.
  • Le risque de maladie métachrone était de 6 % pendant le suivi.
  • Le risque d’hémodialyse était de 2,3 % à 10 ans.
  • Dans les cohortes appariées issues de la NCDB, comparativement à la cryoablation percutanée, la SG à 5 et 10 ans était significativement moins favorable avec :
    • la néphrectomie partielle : 78 % (P = 0,02) et 49 % (P = 0,001), respectivement ;
    • la néphrectomie radicale : 67 % (P 

Limites

  • Étude observationnelle.