Cancer rectal localement avancé : une approche néoadjuvante alternative tient ses promesses

  • Hoendervangers S & al.
  • Eur J Surg Oncol
  • 6 mars 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une radiothérapie de courte durée avec un report de la chirurgie (RTCD-report) offre des résultats similaires à la radiochimiothérapie (RCT) adjuvante dans le cadre du cancer rectal localement avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’approche RTCD-report pourrait réduire le taux de complications postopératoires chez les patients âgés ou fragiles.

Protocole de l’étude

  • Une étude observationnelle, tirée de l’Audit colorectal néerlandais, a inclus des patients atteints d’un cancer rectal de stade supérieur ou égal à cT2, qui ont fait l’objet d’une intervention chirurgicale entre mai 2014 et décembre 2017 (N = 2 926 ; 2 638 patients ont fait l’objet d’une RCT).
  • Financement : Aucun

Principaux résultats

  • Dans les groupes non appariés, l’approche RTCD-report était associée à une fréquence plus importante des complications pulmonaires, cardiaques, infectieuses et neurologiques.
  • Après un appariement selon les scores de propension (en fonction de l’âge, du sexe, des comorbidités, des caractéristiques tumorales et de la distance de l’anus ; 246 patients faisant l’objet d’une RTCD-report et 246 patients faisant l’objet d’une RCT), 23,2 % du groupe RTCD-report ont fait l’objet d’une anastomose primaire, contre 29,7 % du groupe RCT (P = 0,125).
  • Le groupe RTCD-report a présenté une fréquence plus importante de colostomies permanentes, bien que cela n’ait pas été significatif (66,3 % contre 64,2 %).
  • Les résultats pathologiques étaient similaires dans les deux groupes, sans différence significative au niveau des complications chirurgicales.
  • Les réinterventions pour des fuites anastomotiques après une anastomose primaire étaient plus fréquentes dans le groupe RTCD-report, mais la différence n’était pas statistiquement significative (5,3 % contre 2,7 %).
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau du taux d’admission en unité de soins intensifs (USI) et de la durée de l’hospitalisation.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.