Cancer rectal : l’observation et l’attente est-elle une stratégie sûre après une RC à un TNA ?

  • Smith JJ & al.
  • JAMA Oncol
  • 10 janv. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer rectal ayant obtenu une réponse clinique complète (RC) à un traitement néoadjuvant (TNA) et qui ont bénéficié d’une stratégie d’observation et d’attente (OA) ont obtenu une meilleure préservation rectale, mais une moins bonne survie, que les patients ayant fait l’objet d’une exérèse mésorectale totale et ayant obtenu une réponse complète pathologique (RCp).

Pourquoi est-ce important ?

  • Un rapport antérieur avait suggéré que la majorité des récidives survenait sous 24 mois, mais cette étude suggère que le plateau pourrait être plus éloigné dans le temps.
  • Cette étude suggère que la stratégie OA doit uniquement être utilisée lorsqu’une équipe réellement pluridisciplinaire est disponible pour assurer le suivi de la surveillance et du traitement, selon l’auteur de l’éditorial accompagnant l’étude.        

Protocole de l’étude

  • Une étude de cas a été menée auprès de 113 patients ayant fait l’objet d’une stratégie OA et de 136 patients ayant fait l’objet d’une chirurgie.
  • Financement : plusieurs sources n’appartenant pas à l’industrie pharmaceutique.

Principaux résultats

  • 22 recroissances locales sont survenues dans le groupe OA, toutes détectées dans le cadre de la surveillance de routine et traitées par chirurgie ; 91 % de ces patients ont conservé un contrôle pelvien après la chirurgie.
  • 82 % des patients du groupe OA ont obtenu une préservation rectale.
  • Au cours du suivi (durée médiane de 43 mois), après la fin du TNA :
    • SG à 5 ans : 73 % pour le groupe OA ; 94 % pour le groupe RCp ;
    • SSM à 5 ans : 75 % pour le groupe OA ; 92 % pour le groupe RCp ;
    • Taux de survie spécifique à la maladie à 5 ans : 90 % pour le groupe OA ; 98 % pour le groupe RCp.

Limites

  • Étude de cas.
  • Établissement unique.