Cancer rectal avancé : une amélioration de la SSM est constatée avec le schéma FOLFIRINOX modifié en tant que traitement néoadjuvant

  • ESMO 2020
  • 18 sept. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout du schéma FOLFIRINOX modifié (oxaliplatine, irinotécan, acide folinique et 5-fluorouracile) en tant que traitement néoadjuvant au traitement standard améliore significativement la réponse pathologique et la survie sans maladie (SSM) à trois ans chez les patients présentant un cancer rectal localement avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que la récidive locale soit minimale avec le traitement standard moderne, des métastases à distance peuvent apparaître chez jusqu’à 30 % des patients atteints d’un cancer rectal localement avancé.

Méthodologie

  • Essai PRODIGE 23 : 461 patients (âge : 18–75 ans) atteints d’un cancer rectal cT3–4 ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un traitement néoadjuvant par schéma FOLFIRINOX modifié ou un traitement standard.
  • Financement : Institut national du cancer (France) ; Ligue contre le cancer (France).

Principaux résultats

  • Comparaison entre le traitement néoadjuvant et le traitement standard :
    • Meilleur taux de réponse pathologique complète :
      • 27,8 %, contre 12,1 %.
    • Taux plus élevé de SSM à 3 ans :
      • 75,7 %, contre 68,5 %.
      • Rapport de risque (RR) : 0,69 (P = 0,034).
    • Taux plus élevé de survie sans métastase à 3 ans :
      • 78,8 %, contre 71,7 %.
      • RR : 0,64 (P 
    • Taux plus faible de chirurgie palliative :
      • 0 %, contre 3,7 % (P = 0,007).
    • Meilleur de taux de mortalité postopératoire à 60 jours :
      • 0 %, contre 2,8 % (P = 0,03).
    • Événements indésirables fréquents de grade 3 ou 4 moins nombreux :
      • 44,4 %, contre 74,1 % (P 
    • Résultats similaires concernant la qualité de vie (QdV).
    • Aucune différence significative n’a été constatée concernant les autres résultats chirurgicaux.

Limites

  • Il n’est pas clairement établi si les bénéfices apportés par le traitement néoadjuvant concernant le taux de réponse et la SSM se traduisent par une amélioration de la survie globale (SG).