Cancer rectal à ganglions positifs : l’attente vigilante est adaptée après une réponse complète à la RCTn

  • Habr-Gama A & al.
  • Dis Colon Rectum
  • 11 mars 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer rectal non métastatique et ayant obtenu une réponse complète clinique (RCc) à une radiochimiothérapie néoadjuvante (RCTn), la survie sans chirurgie et sans métastase à distance (SSMD) à cinq ans était similaire chez les patients à ganglions positifs et à ganglions négatifs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le fait que les patients à ganglions positifs puissent présenter un risque accru de recroissance locale, de maladie plus avancée au moment de la récidive et d’une SSMD plus défavorable est une source d’inquiétude.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été menée auprès de 335 patients ayant fait l’objet d’une RCTn.
  • La durée de suivi médiane était de 55 mois.
  • Financement : Aucun.

Principaux résultats

  • Aucun facteur préalable au traitement n’était associé au risque de récidive locale après une RCc.
  • À l’inclusion, 117 patients présentaient des ganglions positifs et 218 des ganglions négatifs.
  • 62 patients présentant des ganglions positifs (53,0 %) et 135 patients présentant des ganglions négatifs (61,9 %) ont obtenu une RCc et ont été pris en charge de manière non chirurgicale.
  • Résultats des patients présentant des ganglions positifs contre ceux des patients présentant des ganglions négatifs :
    • survie spécifique au cancer à 5 ans (83,9 % contre 84,5 % ; P = 0,99) ;
    • SSMD (77,5 % contre 80,5 % ; P = 0,49) ;
    • survie sans chirurgie (39,7 % contre 46,8 % ; P = 0,20).
  • Lorsque l’analyse était limitée aux patients ayant obtenu une RCc qui étaient pris en charge par le biais d’une attente vigilante, les différences demeuraient non significatives :
    • survie spécifique au cancer à 5 ans (90,3 % contre 90,9 % ; P = 0,86) ;
    • SSMD (88,2 % contre 88,6 % ; P = 0,92) ;
    • survie sans chirurgie (76 % contre 75,8 % ; P = 0,88).

Limites

  • Analyse rétrospective.
  • Échantillon de petite taille.
  • Établissement unique.