Cancer œsophagien : la surveillance par TEP/TDM est utile, même en l’absence d’une suspicion clinique

  • Kim SJ & al.
  • Eur J Nucl Med Mol Imaging
  • 20 juin 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La tomographie par émission de positrons/tomodensitométrie (TEP/TDM) au 18F-fluorodésoxyglucose (FDG) détecte de manière fiable le carcinome œsophagien récidivant, même en l’absence d’indications cliniques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ la moitié des cancers œsophagiens récidivent dans les deux ans suivant la chirurgie avec intention curative.
  • Il a été démontré que la TEP/TDM au FDG était utile dans les études dans lesquelles une récidive était suspectée.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée, portant sur 782 TEP/TDM au FDG provenant de 375 patients issus d’une seule institution.
  • Une TEP/TDM était déterminée comme négative si la récidive n’était pas diagnostiquée dans les six mois.
  • Financement : ministère de la Santé et du Bien-être, Corée.

Principaux résultats

  • La TEP/TDM au FDG a présenté une sensibilité de 100 % et une spécificité de 94,0 %.
  • La valeur prédictive positive (VPP) était de 59,8 %, avec un rapport de vraisemblance positif de 16,7.
  • La valeur prédictive négative était de 100 %, et le rapport de vraisemblance négatif était de 0.
  • Lorsque les chercheurs ont réalisé des analyses par stade de cancer, aucune différence significative n’a été observée en termes de sensibilité, de spécificité ou de précision de la TEP/TDM au FDG entre les groupes.
  • La TEP/TDM au FDG affichait une VPP plus élevée pour les cancers de stade II ou III que pour les cancers de stade I (67,1 % contre 39,3 % ; P = 0,010).

Limites

  • Population coréenne rétrospective et monocentrique.