Cancer œsophagien : l’OMI permet d’obtenir une amélioration de la survie dans une méta-analyse

  • Gottlieb-Vedi E & al.
  • Ann Surg
  • 21 févr. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une œsophagectomie mini-invasive (OMI) était associée à une mortalité à cinq ans plus faible, comparativement à une œsophagectomie ouverte (OO), chez les patients atteints d’un cancer œsophagien.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ayant comparé la survie à long terme entre l’OMI et l’OO n’ont identifié aucune différence en termes de survie, mais les échantillons évalués étaient de taille limitée.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 55 études (53 études de cohorte, 2 essais cliniques randomisés).
  • Financement : Conseil de recherche de Suède et Société suédoise de lutte contre le cancer.

Principaux résultats

  • Une analyse combinée de 34 études incluant la mortalité à 5 ans toutes causes confondues a révélé que l’OMI était associée à une mortalité plus faible (RR : 0,82 ; IC à 95 % : 0,76–0,88).
  • Une analyse combinée de 53 études incluant la mortalité à 3 ans toutes causes confondues a démontré que l’OMI était associée à une mortalité plus faible (RR : 0,85 ; IC à 95 % : 0,80–0,92).
  • Une analyse combinée de 13 études rapportant la mortalité à 5 ans spécifique à la maladie a démontré que l’OMI était associée à une mortalité plus faible (RR : 0,83 ; IC à 95 % : 0,75–0,91).
  • Une analyse combinée de 22 études rapportant la mortalité à 3 ans spécifique à la maladie a démontré que l’OMI était associée à une mortalité plus faible (RR : 0,84 ; IC à 95 % : 0,77–0,92).

Limites

  • La plupart des études incluses étaient rétrospectives.