Cancer inflammatoire du sein HER2- : l’ajout du panitumumab semble prometteur dans un essai de phase II

  • Matsuda N & al.
  • JAMA Oncol
  • 7 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association de panitumumab et de chimiothérapie néoadjuvante a produit des taux significatifs de réponse complète pathologique (RCp) chez des patientes atteintes d’un cancer inflammatoire du sein (CIS) négatif au récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2).
  • Le taux de RCp dans le CIS triple négatif a été le taux le plus élevé jamais rapporté auparavant.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit de la première étude portant sur un anticorps anti-récepteur du facteur de croissance épidermique dans le cadre du CIS.
  • Le panitumumab deviendra une option thérapeutique intéressante pour le CIS si la recherche future confirme ses résultats prometteurs.

Protocole de l’étude

  • Essai clinique de phase II en ouvert, à bras unique mené auprès de 40 femmes atteintes d’un CIS HER2- (n = 19 patientes atteintes d’un CIS triple négatif et n = 21 patientes atteintes d’un CIS positif au récepteur hormonal).
  • Les patientes ont reçu une dose de panitumumab (2,5 mg/kg) suivie de quatre cycles de panitumumab (2,5 mg/kg), nab-paclitaxel (100 mg/m2) et carboplatine chaque semaine, puis de quatre cycles de fluorouracile (500 mg/m2), épirubicine (100 mg/m2) et cyclophosphamide (500 mg/m2) toutes les trois semaines.
  • Financement :  NIH ; État du Texas (State of Texas) ; Fondation de recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation).

Principaux résultats

  • Dans l’ensemble, 28 % des patientes (IC à 95 % : 15–44 %) ont obtenu une RCp.
  • 42 % des patientes (IC à 95 % : 20–66 %) atteintes d’une maladie triple négative ont obtenu une RCp.
  • 14 % des patientes (IC à 95 % : 3–36 %) atteintes d’une maladie positive au récepteur hormonal/HER2- ont obtenu une RCp.
  • 10 patientes ont été hospitalisées pour une toxicité liée au traitement, 5 d’entre elles présentant des événements liés à la neutropénie.
  • Aucun décès lié au traitement n’est survenu.
  • L’expression de pEGFR (P = 0,05) et celle de COX-2 (P = 0,05) ont constitué des prédicteurs de la RCp.

Limites

  • Pas de groupe témoin.
  • Étude en ouvert.
  • Étude monocentrique.