Cancer GI : les survivants d’un LH obtiennent une SG et une SSM 33 % moins bonnes, selon une étude néerlandaise

  • Rigter LS & al.
  • Cancer Med
  • 27 déc. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les survivants d’un lymphome de Hodgkin (LH) qui développent un cancer gastro-intestinal (GI) ultérieur obtiennent une SG et une survie spécifique à la maladie (SSM) 33 % inférieures à celles des patients atteints d’un premier cancer GI primitif.
  • Ces moins bons résultats n’étaient pas expliqués par des différences au niveau du stade ou du grade de différenciation des tumeurs, ni par des différences de traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le LH est un facteur de risque connu dans le cas du cancer GI ; les survivants doivent donc être étroitement surveillés et un traitement plus agressif doit être envisagé.

Protocole de l’étude

  • La SG et la SSM dans le cas du cancer GI ont été comparées entre 104 patients atteints d’un LH et d’un cancer GI ultérieur, qui ont survécu au moins 5 ans après le traitement du LH primitif (groupe GI-LH), et 1 025 patients témoins atteints d’un cancer GI primitif, appariés selon le site tumoral, le sexe, l’âge et l’année du diagnostic (groupe GI).
  • Les données ont été recueillies à partir des dossiers médicaux, des questionnaires remplis par les médecins généralistes et d’une mise en relation avec le Registre néerlandais du cancer et le Bureau central néerlandais des statistiques.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Analyse univariée : le groupe GI-LH (comparativement au groupe GI) a obtenu une moins bonne SG (RR : 1,30 ; P = 0,028) et une moins bonne SSM (RR : 1,29 ; P = 0,049).
  • Analyse multivariée : le groupe GI-LH a obtenu une moins bonne SG (RR : 1,33 ; P = 0,02) et une moins bonne SSM (RR : 1,33 ; P = 0,03), après un ajustement pour prendre en compte le stade du cancer GI, le grade de différenciation, la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Limites

  • Aucune information relative au tabagisme ou aux antécédents familiaux.