Cancer gastrique : pour les parents au premier degré, le risque est réduit de moitié après un traitement pour une infection à H. pylori

  • Choi IJ & al.
  • N Engl J Med
  • 30 janv. 2020

  • Par Jenny Blair, MD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement d’éradication pour une infection à Helicobacter pylori réduit le risque de cancer gastrique de 55 % chez les parents au premier degré des patients atteints d’un cancer gastrique.
  • Les auteurs soulignent l’importance de confirmer l’éradication de H. pylori.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le fait d’avoir un parent au premier degré atteint d’un cancer gastrique peut multiplier le risque personnel. 
  • En raison du manque de données probantes, les recommandations datant de 2017 du Collège américain de gastro-entérologie (American College of Gastroenterology) n’ont pas inclus de préconisation concernant le dépistage et le traitement systématiques de l’infection à H. pylori pour ce groupe, bien que d’autres recommandations les aient préconisés.

Principaux résultats

  • Durée de suivi médiane : 9,2 ans.
  • Comparaison entre le groupe du traitement d’éradication et le groupe du traitement par placebo :
    • Apparition du cancer gastrique : 1,2 % (10/832), contre 2,7 % (23/844 ; P = 0,03).
    • Sur 10 patients du groupe du traitement d’éradication qui ont développé un cancer, 5 présentaient une infection persistante.
    • Rapport de risque (RR) de 0,45 (IC à 95 % : 0,21–0,94).
    • Événements indésirables : 53,0 %, contre 19,1 % (P 
  • Comparaison concernant l’apparition d’un cancer gastrique chez les participants de l’un ou l’autre groupe dont l’infection a été éradiquée, par rapport à ceux dont l’infection a persisté : 0,8 % (5/608), contre 2,9 % (28/979).
    • RR de 0,27 (IC à 95 % : 0,10–0,70).

Protocole de l’étude

  • Un essai monocentrique, en double aveugle et contrôlé par placebo a été mené auprès de personnes âgées de 40 à 65 ans, positives pour une infection à H. pylori et dont un parent au premier degré était atteint d’un cancer (n = 1 838).
  • Les chercheurs ont affecté de manière aléatoire les participants à un traitement d’éradication ou à un traitement par placebo.
  • Les participants ont tous fait l’objet d’une surveillance endoscopique tous les deux ans.
  • Critère d’évaluation : la présence d’un cancer gastrique.
  • Financement : Centre national de lutte contre le cancer, Corée du Sud.

Limites

  • Aucune analyse de la génétique des patients ou des facteurs de risque bactérien n’a été réalisée.