Cancer gastrique localisé : une équipe française teste le protocole TeFOX

  • World J Gastrointest Oncol

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Cette étude pilote française met en évidence l’intérêt du schéma TeFOX (schéma associant le docetaxel-oxaliplatine-leucovorine-5FU) chez les patients souffrant de cancer gastrique localisé. Les résultats invitent à passer maintenant à des études de phase II.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Le schéma FLOT associant docetaxel-5FU-oxaliplatine a montré son intérêt dans le traitement périopératoire des cancers gastriques localisés en augmentant la survie. En France, le schéma TeFOX a montré des résultats encourageants dans les situations métastatiques. De fait, il était intéressant d’analyser l’efficacité et la tolérance de ce dernier schéma en périopératoire.

Méthodologie

Cette étude monocentrique rétrospective a été menée au département d’oncologie du Centre George François Leclerc à Dijon. Le TeFOX a été administré seul ou en association ou non au trastuzumab chez des patients ayant un cancer gastrique localisé non traité préalablement, non métastatique et opérable. Le TeFOX comprenait du docetaxel (50 mg/m2), de l’oxaliplatine 85 mg/m2, de leucovorin (400 mg/m2) et un bolus de 5FU (400mg/m2) sur un jour, puis une perfusion durant 46 heures de 2.400 mg/mde 5FU toutes les deux semaines. Le trastuzumab était délivré à raison de 4 mg/kg toutes les deux semaines.

Principaux résultats

Au total 33 patients inclus dans l’étude ont reçu au moins un cycle de traitement néoadjuvant par protocole TeFOX et ont été suivis durant 32 mois. L’âge moyen était de 63 ans. Le nombre moyen de cycles de traitement néoadjuvant était de 5. 

Une résection R0 a été obtenue chez 30 patients sur 33, douze ont eu une réponse histologique complète et 8 une réponse histologique presque complète. Aucune différence n’a été observée entre ces deux groupes en termes de types histologiques, stade de la tumeur, nombre de cycles de traitement néoadjuvant. La survie globale et la survie sans progression à 2 ans étaient respectivement de 90 et 73%. 

Dix patients ont développé une toxicité de grade 3-4, les plus fréquentes étant l’asthénie et les neuropathies périphériques qui sont survenues respectivement chez 19 et 21% des patients. Ces résultats suggèrent que le protocole TeFOX pourrait être au moins aussi efficace et moins toxique que d’autres protocoles à base de taxanes. 

Principales limitations

Étude rétrospective et monocentrique et patients ayant un bon score de performance statut.