Cancer gastrique : l’association de la CHIP et de la chirurgie cytoréductrice améliore la survie

  • J Clin Oncol

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP), associée à la chirurgie cytoréductrice (CCR), était associée à une amélioration de la survie, comparativement à une CCR seule, dans le cadre du cancer gastrique avec métastases péritonéales.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association CCR-CHIP s’est déjà montrée plus performante que la CCR seule dans le cadre du cancer de l’ovaire, mais un taux d’achèvement de la CCR de 56 % a nui à une tentative antérieure de démontrer un bénéfice dans le cadre du cancer gastrique avec métastases péritonéales.

Protocole de l’étude

  • Un appariement selon les scores de propension a été réalisé à partir de 277 patients issus de 19 centres de cancérologie français (étude CYTO-CHIP).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • L’association CCR-CHIP était associée à une SG médiane plus longue (18,6 contre 11,4 mois ; P = 0,002) et à une SG plus élevée à 1 an (67,90 % contre 48,45 %), à 3 ans (27,10 % contre 13,08 %) et à 5 ans (20,21 % contre 7,36 %).
  • Une analyse de pondération par la probabilité inverse de traitement (Inverse Probability of Treatment Weighting, IPTW) a révélé que l’association CCR-CHIP était associée à une amélioration de la survie (SG médiane : 18,8 contre 12,1 mois) et de la SG à 3 ans (26,21 % contre 10,82 %) et à 5 ans (19,87 % contre 6,43 %). RRI pondéré (RRIp) : 0,60 ; P = 0,005.
  • Après l’analyse IPTW, l’association CCR-CHIP était associée à une survie sans récidive médiane plus longue (13,6 contre 7,8 mois ; RRIp : 0,56 ; P = 0,001).
  • L’association CCR-CHIP et la CCR seule étaient associées à un taux similaire de morbidité à 90 jours (53,7 % contre 55,3 % ; P = 0,496), de complications chirurgicales (37,7 % pour l’ensemble de la cohorte), de morbidité médicale globale, et de mortalité à 30 et 90 jours.

Limites

  • Étude rétrospective.