Cancer gastrique/JGO : le nivolumab en traitement de troisième intention améliore la SG

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Le nivolumab engendre une amélioration de la SG, par rapport au placebo, dans le traitement de troisième intention chez les patients atteints d’un cancer gastrique ou de la jonction gastro-œsophagienne (JGO) avancé réfractaires ou ne tolérant pas au moins deux lignes de chimiothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les directives actuelles n’apportent aucun conseil sur le traitement de troisième intention des patients chez lesquels des schémas antérieurs de chimiothérapie ont échoué dans le traitement du cancer gastrique ou de la jonction gastro-œsophagienne avancé.

Conception de l’étude

  • Essai de phase III multicentrique, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo (ATTRACTION-2).
  • 493 patients atteints d’un cancer gastrique ou de la jonction gastro-œsophagienne avancé ou récurrent préalablement traités par au moins deux schémas de chimiothérapie ont reçu du nivolumab (n = 330) ou un placebo (n = 163).
  • Financement : Ono Pharmaceutical et Bristol-Myers Squibb.

Principaux résultats

  • SG médiane nettement plus longue dans le groupe recevant le nivolumab, par rapport au groupe recevant le placebo (5,26 mois contre 4,14 mois).
  • 68,5 % des patients du groupe recevant le nivolumab et 86,5 % des patients du groupe recevant le placebo sont décédés (RR : 0,63 ; P < 0,0001).
  • Risque de progression de la maladie était inférieur dans le groupe recevant le nivolumab, par rapport au groupe recevant le placebo (RR : 0,60 ; IC à 95 % : 0,49–0,75), la SSP médiane était de 1,61 mois avec le traitement par nivolumab et de 1,45 mois avec le traitement par placebo.
  • 10 % des patients du groupe recevant le nivolumab ont rapporté des événements indésirables (EI) de grades 3–4 contre 4 % des patients du groupe recevant le placebo ; cinq patients du groupe recevant le nivolumab et deux patients du groupe recevant le placebo sont décédés des suites d’EI liés au traitement.

Limites

  • Aucune donnée sur la qualité de vie.