Cancer gastrique/de la JGO : la combinaison trifluridine/tipiracile est efficace, indépendamment de la réalisation d’une gastrectomie

  • Ilson DH & al.
  • JAMA Oncol
  • 10 oct. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La combinaison trifluridine/tipiracile retarde la progression, indépendamment de la réalisation antérieure d’une gastrectomie, chez les patients atteints d’un cancer gastrique ou d’un adénocarcinome de la jonction gastro-œsophagienne (JGO) métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • La combinaison trifluridine/tipiracile est autorisée aux États-Unis et dans l’Union européenne, dans le cadre du cancer gastrique/de la JGO métastatique, après au moins deux lignes de chimiothérapie.

Protocole de l’étude

  • Une sous-analyse préplanifiée de l’Étude gastrique TAS-102 de phase III a été réalisée. Il s’agissait d’un essai randomisé, contrôlé par placebo et mené auprès de 507 patients ayant reçu au moins 2 lignes de traitement, dont 221 (43,6 %) avaient fait l’objet d’une gastrectomie.
  • Financement : Taiho Oncology Inc. ; Taiho Pharmaceutical Company Limited.

Principaux résultats

  • Chez les patients ayant fait l’objet d’une gastrectomie antérieure, la combinaison trifluridine/tipiracile a amélioré la SG (rapport de risque [RR] : 0,57 [IC à 95 % : 0,41–0,79]) et la SSP (RR : 0,48 ; IC à 95 % : 0,35–0,65).
  • Chez les patients n’ayant pas fait l’objet d’une gastrectomie, la combinaison trifluridine/tipiracile était associée à une amélioration de la SSP (RR : 0,65 ; IC à 95 % : 0,49–0,85), mais pas de la SG.
  • Des événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 sont survenus plus souvent avec la combinaison trifluridine/tipiracile, comparativement au placebo :
    • Tous événements confondus : 84,1 % contre 76,3 %.
    • Neutropénie : 44,1 % contre 26,3 %.
    • Anémie : 21,4 % contre 17,4 %.
    • Leucopénie : 14,5 % contre 5,3 %.
  • Les patients ayant fait l’objet d’une gastrectomie antérieure qui recevaient la combinaison trifluridine/tipiracile ont plus fréquemment nécessité un report de l’administration ou une réduction de la posologie en raison d’événements indésirables (64,8 % contre 53,2 %), mais moins de patients ont arrêté le traitement (10,3 % contre 14,7 %).

Limites

  • Les analyses ne disposaient pas d’une puissance suffisante pour évaluer la significativité statistique.