Cancer et essais de phase précoce : quel bénéfice pour les patients ? quelle place pour les scores pronostiques ?


  • Laurence Rous
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Le score du Royal Marsden Hospital (RMH) est un bon outil pour guider l’inclusion des patients dans les essais précoces.
  • Le bénéfice de l’inclusion dans un essai précoce se fait particulièrement sentir chez les patients atteints de cancer pulmonaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le nombre d’essais précoces (phase I ou II) progresse depuis quelques années, notamment avec la création du label CLIP (Centres Labellisés INCa pour les essais de phase Précoce).
  • Le score PRONOPALL a été développé afin d’éviter un traitement par chimiothérapie inefficace et potentiellement toxique, le score RMH pour sa valeur pronostique à 3 mois chez les patients incurables.

Conception de l’étude

  • Patients avec une tumeur solide inclus ou pré-inclus dans un essai de phase précoce à l’Institut de cancérologie de l’Ouest entre le 01/01/2012 et le 31/12/2015.
  • Scores PRONOPALL et RMH calculés a posteriori.

Principaux r ésultats

  • 710 patients ont été inclus dans 115 essais (dont 34 de phase 1) : cancer du sein, 21,3% ; cancer pulmonaire, 19,6% ; cancer colorectal, 17,6%.
  • La SG et la SSP médianes étaient de 14,7 mois (IC 95% : 12,7-16,4 mois) et 5,7 mois (5,5-6,6 mois), respectivement.
  • Par rapport aux autres patients, les SG et SSP médianes étaient significativement meilleures chez les 78,7% de patients avec un bon pronostic selon le RMH (16,6 vs 6 mois et 6 vs 4,6 mois), et la SG médiane chez les 87,2% de patients avec un bon pronostic selon le PRONOPALL (15,6 vs 4,6 mois)
  • Les SG et SSP médianes étaient significativement meilleures chez les patients avec un cancer du poumon que dans la population générale (15,4 vs 14,7 et 8,2 vs 5,7 mois).

Limites

  • Recueil rétrospectif ; cohorte hétérogène ; davantage d’essais de phase 2 par rapport à la littérature.