Cancer du sein : une méta-analyse révèle que les bêtabloquants ne sont pas associés à de meilleurs résultats

  • Li C & al.
  • Biosci Rep
  • 21 mai 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une grande méta-analyse n’a identifié aucune association entre l’utilisation de bêtabloquants et l’amélioration des résultats cliniques dans le cadre du cancer du sein.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont suggéré que l’activation des adrénorécepteurs bêta est impliquée dans la pathogenèse et la progression de nombreux cancers.
  • À partir de ces données probantes, il a été déduit que les bêtabloquants pourraient être bénéfiques dans le cadre du cancer du sein.
  • Cependant, cette méta-analyse n’a identifié aucun bénéfice associé à l’utilisation de bêtabloquants pour le pronostic du cancer du sein.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 17 études observationnelles ayant inclus 75 074 patientes, après une recherche dans les bases de données PubMed, EMBASE et Cochrane Library.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Aucune association (risque relatif) n’a été identifiée entre l’utilisation de bêtabloquants et :
    • la récidive du cancer du sein : 0,85 (P = 0,17) ;
    • la mortalité liée au cancer du sein : 0,83 (P = 0,14) ; 
    • la mortalité toutes causes confondues : 1,01 (P = 0,91).
  • Les résultats n’étaient pas affectés par la taille de l’échantillon, la définition de l’utilisation de bêtabloquants, la durée de suivi, l’ajustement du statut ménopausique ou le score de qualité.
  • Une analyse des sous-groupes a révélé que l’utilisation de bêtabloquants réduisait de manière significative le risque relatif de décès liés au cancer du sein de 19 % dans les études prospectives (0,81 ; P = 0,05), mais pas dans les études rétrospectives (1,06 ; P = 0,16).

Limites

  • La moitié des études étaient rétrospectives.
  • Toutes les études étaient observationnelles.
  • Hétérogénéité importante entre les études.