Cancer du sein : une étude réfute le lien entre les inhibiteurs de l’aromatase et les fractures

  • Leslie WD & al.
  • Oncologist
  • 10 juil. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement par inhibiteurs de l’aromatase (IA) dans le cadre du cancer du sein (CS) n’est pas associé à un risque plus élevé de fracture, d’après une étude de cohorte basée sur un registre canadien.

Pourquoi est-ce important ?

  • Bien que les résultats puissent avoir été contrebalancés par un indice de masse corporelle (IMC) et une densité minérale osseuse (DMO) plus élevés et une prévalence plus faible d’antécédents de fractures à l’inclusion chez les femmes traitées par IA, l’étude remet en question l’idée reçue selon laquelle toutes les femmes qui commencent un traitement par IA présentent un risque élevé de fracture.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte (n = 36 996) populationnelle basée sur un registre a inclus des femmes faisant partie d’un registre sur la DMO dans le Manitoba, au Canada.
  • Les femmes âgées de 40 ans ou plus ont été divisées en 3 groupes mutuellement exclusifs :
    • CS avec au moins 12 mois de traitement par IA (n = 1 775) ;
    • CS sans traitement par IA (n = 1 016) ;
    • population générale (n = 34 205).
  • Les participantes ont été associées aux documents de sortie de l’hôpital et aux demandes de facturation des médecins.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • À l’inclusion, le groupe IA présentait un IMC plus élevé, une DMO plus élevée, une prévalence plus faible d’ostéoporose et moins de fractures que les deux autres groupes (P 
  • La durée d’exposition totale médiane aux IA était de 4,2 ans.
  • Lors de l’analyse corrigée, le groupe IA présentait des risques similaires à ceux de la population générale dans le cadre de :
    • la fracture ostéoporotique majeure (de la hanche, vertébrale clinique, de l’avant-bras et de l’humérus ; rapport de risque [RR] : 1,15 ; IC à 95 % : 0,93–1,42) ;
    • la fracture de la hanche (RR : 0,90 ; IC à 95 % : 0,56–1,43) ;
    • l’ensemble des fractures (RR : 1,06 ; IC à 95 % : 0,88–1,28).

Limites

  • Protocole observationnel.