Cancer du sein : une cohorte néerlandaise révèle que les deuxièmes avis contredisent souvent les avis initiaux

  • Heeg E & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 11 oct. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du sein qui sollicitent un deuxième avis concernant le diagnostic ou le traitement, 45,3 % des deuxièmes avis présentaient au moins 1 différence majeure ou mineure avec l’avis initial, d’après les résultats d’une cohorte néerlandaise.

Pourquoi est-ce important ?

  • Étant donné que les soins du cancer du sein se complexifient, un consensus plus large est nécessaire au niveau du diagnostic et des modalités de traitement.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective (n = 591) de patientes venues à l’Institut de cancérologie des Pays-Bas (ICPB) pour solliciter un deuxième avis (2015–2016), dont 470 n’avaient reçu aucun traitement avant le deuxième avis, a été analysée.
  • Financement : Société néerlandaise du cancer.

Principaux résultats

  • Chez 90,7 % des 591 patientes qui sollicitaient un deuxième avis, cette démarche était initiée par la patiente (plutôt que par son médecin).
  • Sur les 470 patientes qui n’avaient reçu aucun traitement avant le deuxième avis :
    • 45,3 % des deuxièmes avis présentaient au moins une différence mineure (16,2 %) ou majeure (29,1 %) avec l’avis initial.
    • Le nombre de différences était similaire que la démarche ait été initiée par le médecin ou la patiente (45,2 % contre 45,6 %, respectivement ; P = 0,708).
    • Davantage de différences ont été constatées chez les patientes ayant fait l’objet d’examens d’imagerie supplémentaires (51,3 % contre 37,2 % sans examens d’imagerie supplémentaires ; P = 0,002) et de biopsies supplémentaires (53,7 % contre 40,3 % sans biopsies supplémentaires ; P = 0,005).
    • La majorité des différences de traitement étaient majeures et concernaient le traitement initial (chirurgie contre traitement systémique néoadjuvant), le type d’intervention chirurgicale initiale (mastectomie contre chirurgie conservatrice du sein) et la réalisation d’une reconstruction mammaire immédiate.

Limites

  • Étude monocentrique.