Cancer du sein : une chute précoce de la FEVG prédit la toxicité cardiaque du trastuzumab dans une étude coréenne

  • Kim EK & al.
  • Cancer Res Treat
  • 4 sept. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le facteur prédictif le plus important de survenue d’une dysfonction cardiaque liée au trastuzumab (DCT) est une baisse soudaine de la fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) d’au moins 5 % au cours des trois premiers mois de traitement par trastuzumab chez les patientes atteintes d’un cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il faut envisager la mise en place d’un traitement cardioprotecteur chez les patientes qui présentent une chute précoce de la FEVG.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 787 patientes consécutives atteintes d’un cancer du sein HER2+ et traitées par trastuzumab a été analysée.
  • La DCT était définie comme une diminution de la FEVG d’au moins 10 % en dessous de la limite normale ou comme une insuffisance cardiaque symptomatique.
  • La FEVG était mesurée à l’aide d’une échocardiographie réalisée au début de l’étude, puis tous les trois mois pendant toute l’année de traitement par trastuzumab (dose de charge de 8 mg/kg, puis dose d’entretien de 6 mg/kg toutes les trois semaines).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 7,4 % des patientes de la cohorte ont présenté une DCT, et le délai médian jusqu’à sa survenue était de 6,0 mois.
  • La survenue d’une DCT était associée aux facteurs suivants, à l’analyse multivariée :
    • Baisse d’au moins 5 % de la FEVG au cours des trois premiers mois de traitement par trastuzumab (RRa : 28,91 ; P 
    • Dose élevée d’adriamycine (RRa : 1,01 ; P = 0,009).
    • PA diastolique élevée au début de l’étude (RRa : 1,05 ; P = 0,002).
    • FEVG basse au début de l’étude (RRa : 0,80 ; P 

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Cohorte exclusivement asiatique.