Cancer du sein : un traitement d’un an par trastuzumab s’avère supérieur aux traitements plus courts en termes de SG

  • Niraula S & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 20 sept. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement d’un an par trastuzumab permet d’obtenir une meilleure survie, par rapport à un traitement de six mois ou de neuf semaines dans le cancer du sein positif pour le récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2), d’après une méta-analyse.
  • Un traitement d’un an par trastuzumab était également associé à une toxicité cardiaque plus importante.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette évaluation comprenait l’essai Short-HER, dont les résultats ont été récemment rapportés et ont indiqué qu’un traitement de neuf semaines par trastuzumab était inférieur à un traitement d’un an.
  • Les résultats suggèrent qu’un traitement d’un an par trastuzumab doit demeurer le traitement de référence.

Protocole de l’étude

  • Méta-analyse de cinq essais contrôlés randomisés (ECR ; n = environ 12 000) ayant répondu aux critères d’éligibilité après une recherche menée dans les bases de données MEDLINE, EMBASE et Cochrane Library, et dans les résumés de conférences.
  • Trois ECR ont comparé un traitement d’un an par trastuzumab à un traitement de six mois ; deux ECR ont comparé un traitement d’un an par trastuzumab à un traitement de neuf semaines.
  • Les critères d’évaluation principaux étaient la SSM et la SG.
  • Financement : Pfizer.

Principaux résultats

  • Le traitement d’un an par trastuzumab était associé à une SG (RR groupé : 1,23 ; IC à 95 % : 1,07–1,42) et à une SSM (RR groupé : 1,21 ; IC à 95 % : 1,09–1,36) plus longues que les traitements plus courts.
  • L’analyse des sous-groupes n’a identifié aucun bénéfice en termes de SSM pour le traitement d’un an par trastuzumab (comparativement aux traitements plus courts) chez les patientes sans atteinte ganglionnaire (RR : 1,20 ; P = 0,11) et positives pour le récepteur des œstrogènes (RR : 1,15 ; P = 0,09).
  • Le traitement d’un an par trastuzumab était associé à un risque près de 2,5 fois plus élevé de toxicité cardiaque (RC : 2,48 ; P 

Limites

  • La majorité des essais ont été menés il y a 10 ans, et la chimiothérapie et les traitements ciblés étaient différents des traitements de référence actuels.