Cancer du sein : un régime pro-inflammatoire est associé au risque de récidive et de mortalité dans une étude coréenne

  • Jang H & al.
  • Nutrients
  • 15 août 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un régime riche en aliments pro-inflammatoires est associé à un risque plus élevé de récidive du cancer du sein et de mortalité qu’un régime riche en aliments anti-inflammatoires.
  • L’association était également valable dans les sous-groupes de femmes présentant des facteurs de mauvais pronostic.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un régime anti-inflammatoire pourrait réduire le risque de récidive et de mortalité, surtout chez les femmes à risque élevé.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a été menée auprès de 511 femmes atteintes d’un cancer du sein et ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale pour le cancer du sein.
  • Après l’intervention chirurgicale, un score à l’indice inflammatoire alimentaire (Dietary Inflammatory Index, DII) a été calculé à partir de la corrélation entre les aliments du régime et le taux de cytokines inflammatoires plasmatiques (un score DII plus élevé indique une plus grande consommation d’aliments pro-inflammatoires ; un score DII plus faible indique une plus grande consommation d’aliments anti-inflammatoires).
  • Financement : Fondation coréenne pour la recherche.

Principaux résultats

  • La plage de suivi allait de 7 à 213 mois.
  • Les scores DII du tertile supérieur étaient associés à un taux de récidive plus de deux fois plus important (RR : 2,347 ; IC à 95 % : 1,17–4,71) et à un taux de mortalité trois fois plus important (RR : 3,049 ; IC à 95 % : 1,08–8,83) que ceux du tertile inférieur, après un ajustement pour prendre en compte diverses covariables.
  • Les scores DII des tertiles supérieurs étaient associés à un taux de récidive plus important dans les sous-groupes de femmes à risque élevé, notamment celles présentant des métastases des ganglions lymphatiques (Ptendance = 0,006), un IMC élevé (Ptendance = 0,015) et celles étant plus jeunes (moins de 50 ans ; Ptendance = 0,006).

Limites

  • Le DII n’a été évalué qu’une seule fois.
  • Étude observationnelle menée dans un seul centre.