Cancer du sein : un programme de contrôle du poids communautaire permet d’obtenir des bénéfices supplémentaires

  • Br J Cancer

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un programme communautaire s’est montré aussi efficace qu’un programme à domicile pour le contrôle du poids après le diagnostic du cancer du sein, mais il a apporté des bénéfices supplémentaires, y compris une amélioration de la qualité de vie (QdV).

Pourquoi est-ce important ?

  • Une prise de poids au moment du diagnostic et après est associée à une mortalité spécifique au cancer et toutes causes confondues plus élevée, et à une QdV plus faible.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé multicentrique a été mené à domicile ou dans cinq centres communautaires au Royaume-Uni.
  • Des femmes en surpoids ou obèses (n = 243) et de poids normal (n = 166) ont été affectées de manière aléatoire pour participer à un programme de 3 mois de :
    • contrôle du poids à domicile ;
    • contrôle du poids communautaire ; ou
    • conseils écrits standards (groupe témoin).
  • Le critère d’évaluation principal était la variation du poids et de la graisse corporelle (mesurée par absorptiométrie double énergie à rayons X) à 12 mois.
  • Financement : Institut national britannique de recherche dans le domaine de la santé (National Institute of Health Research).

Principaux résultats

  • Les deux programmes de contrôle du poids étaient supérieurs au groupe témoin et aussi efficaces l’un que l’autre :
    • Variation du poids et de la graisse corporelle (P 
    • programme à domicile, comparativement au groupe témoin : -2,3 kg (IC à 95 % : -3,5 à -1,0) ; -1,6 kg (IC à 95 % : -2,6 à -0,7) ;
    • programme communautaire, comparativement au groupe témoin : -2,4 kg (IC à 95 % : -3,6 à -1,1) ; -1,4 kg (IC à 95 % : -2,4 à -0,5).
    • Aucune différence n’a été observée entre le programme à domicile et le programme communautaire.
  • Le groupe communautaire a présenté une augmentation de l’activité physique (comparativement au groupe à domicile ; P = 0,005), une baisse de l’insuline, comparativement au groupe témoin (P = 0,018), et une augmentation de la QdV liée au cancer du sein, comparativement au groupe témoin (P = 0,011).
  • Limites

    • Observance alimentaire non évaluée.