Cancer du sein préménopause : l’AZ prévient la perte osseuse dans l’essai allemand ProBONE II

  • Kyvernitakis I & al.
  • Bone
  • 13 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Deux ans de traitement par acide zolédronique (AZ) préviennent la perte osseuse induite par le traitement dans la colonne lombaire, le col du fémur et la hanche totale chez les patientes préménopausées atteintes d’un cancer du sein précoce.
  • Le bénéfice est maintenu pendant les trois années suivantes.

Pourquoi est-ce important ?

  • La perte osseuse augmente le risque de fracture.

Protocole de l’étude

  • Essai randomisé en double aveugle ProBONE II sur l’AZ 4 mg administré par voie intraveineuse tous les trois mois (n = 34), par rapport à un placebo (n = 36), pendant 24 mois, débuté au cours des deux premiers cycles de chimiothérapie adjuvante et/ou d’endocrinothérapie.
  • Le critère d’évaluation principal était le changement par rapport à l’entrée dans l’étude de la densité minérale osseuse (DMO) dans la colonne lombaire à 24 mois.
  • La DMO a été analysée par absorptiométrie double énergie à rayons X jusqu’à cinq ans.

Principaux résultats

  • À 24 mois, le groupe AZ présentait un gain de DMO dans la colonne lombaire de 2,9 %, contre une perte de 7,1 % dans le groupe placebo (P 
  • Au cours de la période de l’étude de cinq ans, le groupe AZ a présenté une moindre diminution de la DMO dans la colonne lombaire (-2,2 % contre -7,3 % dans le groupe placebo ; P 
  • Au cours de la période de l’étude de cinq ans, le groupe AZ a démontré une moindre diminution de la DMO dans le col du fémur (-1,0 % contre -5,9 %, respectivement) et un gain de DMO dans la hanche totale (+1,4 % contre -4,5 % ; P 

Limites

  • Échantillons de petite taille.
  • Étude monocentrique.