Cancer du sein précoce : une irradiation du sein entier se montre supérieure à une irradiation partielle après l’intervention chirurgicale

  • Vicini FA & al.
  • Lancet
  • 14 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un essai de phase III mené auprès de femmes atteintes d’un cancer du sein précoce (CSp) révèle qu’une irradiation partielle accélérée du sein (IPAS), soit un cycle de radiothérapie plus court administré uniquement au niveau du quadrant où se trouve la tumeur, n’est pas équivalente à une irradiation du sein entier (ISE) en termes de contrôle de la récidive de la tumeur dans le sein ipsilatéral (RTSI).
  • La différence, quoique statistiquement significative, était inférieure à 1 % en ce qui concerne l’incidence cumulée à 10 ans de RTSI.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs estiment que l’IPAS « pourrait constituer une alternative acceptable chez certaines femmes », bien qu’elle ne soit pas équivalente.

Protocole de l’étude

  • Un essai d’équivalence de phase III a été mené dans 154 centres aux États-Unis, au Canada, en Irlande et en Israël, dans lesquels des femmes ont été affectées de manière aléatoire pour faire l’objet d’une ISE (n = 2 036) ou d’une IPAS (n = 2 089).
  • ISE : 25 fractions quotidiennes, 50 Gy, 5 semaines. 
  • IPAS : 34 Gy de curiethérapie ou 38,5 Gy de radiothérapie externe, 10 fractions, 5 jours de traitement sur une période de 8 jours.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • Après un suivi médian de 10,2 ans suivant une chirurgie conservatrice du sein, le groupe IPAS a obtenu les résultats suivants :
    • Augmentation de 22 % de l’incidence de RTSI ;
    • 4 % contre 3 % dans le groupe ISE ; 
    • Rapport de risque [RR] de 1,22 (IC à 90 % : 0,94–1,58).
  • L’incidence cumulée à 10 ans de RTSI était de 4,6 % dans le groupe IPAS, contre 3,9 % dans le groupe ISE.

Limites

  • L’étude n’a pas été conçue pour des analyses des sous-groupes.