Cancer du sein précoce : un retour au travail est-il fréquent ?

  • Dumas A & al.
  • J Clin Oncol
  • 13 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 2 ans après le diagnostic, 79 % des patientes atteintes d’un cancer du sein précoce (CSp) ont repris le travail.
  • Le non-retour au travail était associé à des traitements systémiques contenant du trastuzumab, à des événements indésirables physiques graves, à une morbidité sévère au niveau du bras et à une maladie psychiatrique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patientes atteintes d’un cancer du sein voudront connaître la probabilité d’un non-retour au travail et les raisons associées.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte prospective multicentrique française (CANTO) a été menée auprès de 1 874 femmes qui travaillaient et qui étaient à au moins 5 ans de la retraite (57 ans ou moins).
  • Le critère d’évaluation principal était le non-retour au travail (non-RAT) deux ans après le diagnostic.
  • Financement : Ligue nationale contre le cancer ; Agence nationale française de la recherche ; autres.

Principaux résultats

  • Un non-RAT a été constaté chez 21,3 % des patientes 2 ans après le diagnostic.
  • Une probabilité plus élevée de non-RAT était associée à :
    • un traitement combiné par chimiothérapie et trastuzumab (comparativement à traitement combiné par chimiothérapie et hormonothérapie) : rapport de cotes corrigé (RCc) de 2,01 (IC à 95 % : 1,18–3,44) ;
    • un traitement combiné par chimiothérapie, trastuzumab et hormonothérapie (comparativement à un traitement combiné par chimiothérapie et hormonothérapie) : RCc de 1,62 (IC à 95 % : 1,10–2,41) ;
    • la survenue d’au moins 1 événement indésirable physique de grade supérieur ou égal à 3 selon les critères communs de toxicité pour les événements indésirables (Common Toxicity Criteria for Adverse Events, CTCAE ; comparativement à l’absence d’événement indésirable) : RCc de 1,59 (IC à 95 % : 1,15–2,18) ;
    • une morbidité sévère au niveau du bras (comparativement à l’absence de morbidité) : RCc de 1,59 (IC à 95 % : 1,19–2,13) ;
    • l’anxiété (comparativement à l’absence d’anxiété) : RCc de 1,47 (IC à 95 % : 1,02–2,11) ;
    • la dépression (comparativement à l’absence de dépression) : RCc de 2,29 (IC à 95 % : 1,34–3,91).

Limites

  • Protocole observationnel.