Cancer du sein précoce : un IMC plus élevé atténue l’efficacité de la chimiothérapie à base de docétaxel

  • Desmedt C & al.
  • J Clin Oncol
  • 2 juil. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé est associé à une réduction du bénéfice de survie de la chimiothérapie à base de docétaxel dans le cadre du cancer du sein précoce.
  • Cet effet pourrait être dû à l’affinité élevée du médicament pour les tissus adipeux, d’après cette analyse rétrospective de l’essai BIG 02/98.

Pourquoi est-ce important ?

  • S’ils sont corroborés par d’autres analyses, ces résultats :
    • remettent en question le bénéfice du traitement avec une chimiothérapie adjuvante à base de docétaxel chez les patientes présentant un IMC plus élevé ;
    • suggèrent que des résultats similaires sont possibles avec le paclitaxel, qui est également lipophile ;
    • expliquent les résultats hétérogènes observés dans d’autres études, y compris des méta-analyses.

Méthodologie

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de l’essai BIG 02/98 (N = 2 887), comparant l’administration d’une chimiothérapie à base de docétaxel à l’absence de chimiothérapie à base de docétaxel selon l’IMC.
  • L’IMC était utilisé comme un marqueur de l’adiposité : un IMC compris entre 18,5 et moins de 25 kg/m2 indiquait la minceur, un IMC compris entre 25 et moins de 30 kg/m2 indiquait une surcharge pondérale, et un IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2 indiquait l’obésité.
  • Critère d’évaluation principal : la survie sans maladie (SSM).
  • Critère d’évaluation secondaire : la survie globale (SG).
  • Financement : Fondation Cancer Luxembourg ; autres.

Principaux résultats

  • Le groupe sans docétaxel n’a présenté aucune différence au niveau de la SSM ou de la SG selon l’IMC.
  • Dans le groupe docétaxel, la SSM et la SG (rapports de risque [RR] corrigés) chez les patientes en surcharge pondérale ou obèses, comparativement aux patientes minces, étaient comme suit :
    • SSM :
      • 1,12 (P = 0,21) chez les patientes en surcharge pondérale.
      • 1,32 (P = 0,007) chez les patientes obèses. 
    • SG :
      • 1,27 (P = 0,04) chez les patientes en surcharge pondérale.
      • 1,63 (P 
  • Pour la SSM (valeur P corrigée = 0,06) et pour la SG (valeur P corrigée = 0,04), une influence combinée de l’IMC et du statut des récepteurs des œstrogènes modifiant l’effet du traitement a été observée.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.
  • L’IMC pourrait être un substitut imparfait de l’adiposité.