Cancer du sein précoce : la DGLS est une alternative efficace à la DGLA dans la pratique réelle

  • Nayyar A & al.
  • Am J Surg
  • 24 juil. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans la pratique réelle, la dissection des ganglions lymphatiques sentinelles (DGLS) permet d’obtenir un taux de survie à 45 mois 2 % supérieur à la dissection des ganglions lymphatiques axillaires (DGLA), ce qui en fait une option efficace dans le cancer du sein précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats en pratique réelle viennent appuyer les résultats d’un essai clinique important, l’essai Z0011 mené par le Groupe d’oncologie du Collège américain des chirurgiens (American College of Surgeons Oncology Group), qui a conclu que la survie était équivalente entre la DGLA et la DGLS, moins invasive.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective portant sur des patientes atteintes d’un cancer du sein précoce diagnostiqué en 2013 (n = 62 184), ayant fait l’objet d’une chirurgie conservatrice du sein avec irradiation du sein entier et soit une DGLA, soit une DGLS, a été menée.
  • Les patientes étaient inscrites dans la base de données nationale du cancer (National Cancer Database).
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 35 mois.
  • 35,2 % des patientes de la cohorte ont fait l’objet d’une DGLA, et ces patientes étaient plus susceptibles d’être noires (P 
  • 27,8 % des femmes sans atteinte ganglionnaire ont fait l’objet d’une DGLA, ce qui ne correspond pas au traitement de référence actuel.
  • À l’analyse brute, le taux de survie à 45 mois était 4 % plus faible pour les patientes ayant fait l’objet d’une DGLA (91,4 % contre 95,1 % pour la DGLS ; risque relatif [RR] : 0,96 ; IC à 95 % : 0,95–0,97).
  • À l’analyse standardisée, le taux de survie à 45 mois était 2 % plus faible pour les patientes ayant fait l’objet d’une DGLA (92,7 % contre 94,7 % pour la DGLS ; RR : 0,98 ; IC à 95 % : 0,97–0,99). Les résultats ont été pondérés selon l’âge, l’origine ethnique, la comorbidité, le type d’assurance, le grade de la tumeur et d’autres éléments.

Limites

  • Suivi relativement court.
  • Aucune information concernant le traitement.