Cancer du sein précoce : la CTA standard demeure le meilleur choix pour les patientes âgées

  • Muss HB & al.
  • J Clin Oncol
  • 24 juil. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats à 10 ans de l’essai CALGB 49907 confirment les résultats à 2 ans obtenus antérieurement, c’est-à-dire que la chimiothérapie adjuvante (CTA) standard est supérieure à la capécitabine chez les femmes âgées atteintes d’un cancer du sein précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • La CTA standard demeure le traitement privilégié chez les patientes âgées atteintes d’un cancer du sein précoce.

Protocole de l’étude

  • Des patientes âgées de 65 ans et plus, atteintes d’un cancer du sein de stade I–IIIb (n = 633) ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir de la capécitabine ou une CTA standard (choix du médecin : CMF [cyclophosphamide, méthotrexate et fluorouracile] ou AC [cyclophosphamide et doxorubicine]).
  • Le critère d’évaluation principal était la survie sans récidive (SSR).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 11,4 ans.
  • L’estimation du taux de SSR à 10 ans était de 55,7 % pour la CTA standard et de 49,7 % pour la capécitabine.
  • À l’analyse multivariée, la CTA standard était supérieure à la capécitabine en termes de SSR et de survie spécifique au cancer du sein (SSCS), mais pas de SG :
    • SSR : rapport de risque [RR] de 0,80 (P = 0,03) ;
    • SSCS : RR de 0,62 (P = 0,03) ; et
    • SG : RR de 0,84 (P = 0,16).
  • À l’analyse des sous-groupes, la CTA standard était supérieure à la capécitabine chez les patientes à récepteurs hormonaux négatifs (SSR : RR de 0,66 ; P = 0,02), mais pas chez les patients à récepteurs hormonaux positifs (RR de 0,89 ; P = 0,43).
  • En prenant en compte les deux traitements, 43,9 % des patients sont décédés (13,1 % d’un cancer du sein, 16,4 % d’autres causes, et 14,1 % de causes inconnues).

Limites

  • Les résultats de SG ont été dilués par les décès dus à des risques concurrents.