Cancer du sein précoce : la cryoablation pourrait permettre d’éviter la chirurgie

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La cryoablation pourrait constituer une option thérapeutique efficace dans le cadre des cancers du sein de petite taille, à faible risque et de stade précoce chez des patientes âgées.
  • Cependant, elle n’est probablement pas supérieure à la tumorectomie dans cette population.

Pourquoi est-ce important ?

  • La cryoablation est une procédure non invasive, rapide et indolore qui peut être réalisée sous anesthésie locale, mais qui n’a pas encore été autorisée pour le traitement du cancer du sein aux États-Unis.

Méthodologie

  • Il s’agit des données intermédiaires de l’étude multicentrique ICE-3.
  • 194 femmes âgées de 60 ans ou plus, atteintes d’un cancer canalaire invasif unifocal mesurant 1,5 cm ou moins et de faible grade, à récepteurs hormonaux positifs et à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) négatif, ont été traitées par cryoablation à l’azote liquide.
  • La durée moyenne de la période de suivi était d’environ trois ans.
  • Financement : IceCure Medical Ltd.

Principaux résultats

  • 2,06 % (n = 4) des patientes traitées par cryoablation ont présenté une récidive dans le même sein, un taux similaire à celui obtenu avec la tumorectomie, qui est le traitement chirurgical de référence.
  • Ni événements indésirables ni complications significatifs n’ont été observés.
  • La plupart des événements indésirables étaient mineurs, tels qu’ecchymoses, œdème localisé, légères brûlures froides cutanées, éruption cutanée, saignement mineur dû à l’insertion de l’aiguille, hématome localisé mineur, induration de la peau, infection mineure et prurit.
  • 2 des 15 patientes ayant fait l’objet d’une biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles présentaient un ganglion sentinelle positif.
  • À la discrétion du médecin traitant, 27 patientes ont reçu une radiothérapie adjuvante, 1 a reçu une chimiothérapie et 148 ont commencé une endocrinothérapie.
  • Plus de 95 % des patientes et 98 % des médecins étaient satisfaits des résultats cosmétiques.

Limites

  • L’essai était à groupe unique.