Cancer du sein précoce ER+ : l’omission de la chirurgie aggrave la survie spécifique au cancer du sein chez les personnes âgées

  • Ward SE & al.
  • Br J Surg
  • 22 mai 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Au Royaume-Uni et dans certains pays européens, l’omission de la chirurgie et la sélection de l’endocrinothérapie comme option alternative sont courantes chez les femmes plus âgées (plus de 70 ans) atteintes d’un cancer du sein précoce positif au récepteur de l’œstrogène (Estrogen Receptor, ER).
  • Il s’agit d’une des premières études à méthodologie robuste de grande envergure examinant l’effet de cette pratique, et démontrant que la survie spécifique au cancer du sein (SSCS) à cinq ans après l’endocrinothérapie seule est nettement moins bonne (69,4 %) qu’après la chirurgie seule (89,9 %).

Pourquoi est-ce important ?

  • La chirurgie est recommandée par rapport à l’endocrinothérapie pour les femmes âgées, hormis celles âgées d’au moins 90 ans et celles présentant une comorbidité importante.

Protocole de l’étude

  • Cohorte rétrospective de 23 849 patientes atteintes d’un cancer du sein ER+ de stade précoce âgées d’au moins 70 ans provenant du registre du cancer du Royaume-Uni (UK Cancer Registry ; 2002–2010) de deux régions d’Angleterre.
  • La comorbidité a été mesurée à l’aide de l’indice de comorbidité de Charlson (ICC).
  • Financement : Institut national pour la recherche en matière de santé (National Institute for Health Research).

Principaux résultats

  • 53,9 % de la cohorte ont choisi la chirurgie seule et 46,1 % ont choisi l’endocrinothérapie seule.
  • La SSCS à cinq ans après l’endocrinothérapie seule était inférieure (69,4 %) à celle observée après la chirurgie seule (89,9 %).
  • Cette découverte s’était maintenue à tous les stades précoces (I–III), à tous les âges et à tous les niveaux de comorbidité, hormis dans deux groupes : les patientes âgées d’au moins 90 ans et celles présentant un ICC d’au moins 3.

Limites

  • Conception rétrospective.
  • Absence de randomisation.