Cancer du sein précoce : d’excellentes données à sept ans sont publiées concernant le traitement adjuvant par paclitaxel et trastuzumab

  • Tolaney SM & al.
  • J Clin Oncol
  • 2 avr. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse finale de l’essai Paclitaxel et trastuzumab en traitement adjuvant (APT) révèle d’excellents résultats à sept ans dans le cadre du cancer du sein précoce (CSp) de petite taille, à ganglions négatifs, à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) positif.
  • Le taux de survie sans maladie (SSM) était de 93 % ; le taux de survie sans métastase à distance était de 99 %.  

Pourquoi est-ce important ?

  • La SSM à 7 ans est cohérente avec le taux de SSM à 3 ans de 98,7 % préalablement rapporté.
  • Ces résultats suggèrent que le paclitaxel et le trastuzumab constituent une bonne alternative thérapeutique pour ce type de tumeur.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective (n = 410) de phase II, multicentrique, à groupe unique, composée de patientes atteintes d’un CSp de petite taille (inférieure ou égale à 3 cm), à ganglions négatifs et HER2+, traitées par paclitaxel (80 mg/m2) et trastuzumab pendant 12 semaines, suivies de 9 mois supplémentaires de trastuzumab, a été analysée.
  • Le critère d’évaluation principal était la SSM.
  • Financement : Genentech.

Principaux résultats

  • Le taux de SSM à 7 ans était de 93,3 % (IC à 95 % : 90,4–96,2 %) ; 1 % des patientes de la cohorte ont présenté une récidive à distance.
  • Le taux de SG à 7 ans était de 95,0 % (IC à 95 % : 92,4–97,7 %).
  • Le taux de survie sans récidive à 7 ans était de 97,5 % (IC à 95 % : 95,9–99,1 %).
  • 66 % des tumeurs étaient de type enrichi en HER2, 14 % de type luminal B et 13 % de type luminal A, d’après une analyse prédictive des biopuces (Prediction Analysis of Microarray) de 50 gènes ; cette distribution des sous-types intrinsèques correspond à celle observée dans le cadre des tumeurs HER2+ à ganglions négatifs de taille plus importante.
  • Une neuropathie périphérique liée au traitement de grade supérieur ou égal à 2 (touchant 10,4 % de la cohorte) a été identifiée en lien avec un polymorphisme mononucléotidique, rs3012437.

Limites

  • Protocole observationnel à groupe unique.