Cancer du sein précoce chez les patientes plus âgées : une endocrinothérapie adjuvante permet-elle d’améliorer la survie ?

  • Crystal JS & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 9 août 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’administration d’une endocrinothérapie (ET) adjuvante aux patientes âgées (70 ans et plus) atteintes d’un cancer du sein précoce est associée à une amélioration de la survie globale (SG) et de la survie sans maladie (SSM).
  • Cependant, aucune amélioration n’a été observée au niveau du taux de récidive locorégionale (RLR) ou de la survie spécifique au cancer du sein (SSCS), comparativement à l’absence d’ET.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le bénéfice de survie associé à l’ET chez les femmes âgées est controversé.
  • Cette étude ne permettra pas de clore le débat en raison de résultats de survie mitigés.
  • Un essai contrôlé randomisé est nécessaire.

Méthodologie

  • Une cohorte prospective monocentrique de 483 femmes âgées, ayant fait l’objet d’une chirurgie conservatrice du sein pour des tumeurs de stade I à III, entre 2004 et 2013, a été analysée.
  • Financement : non communiqué.

Principaux résultats

  • Les patientes recevant une ET, comparativement aux patientes n’en recevant pas : 
    • affichaient un âge médian plus jeune : 76 ans, contre 78 ans (P = 0,006) ;
    • présentaient une taille médiane de la tumeur plus importante : 15 mm, contre 14 mm (P = 0,016) ;
    • avaient plus fréquemment fait l’objet d’une biopsie des ganglions lymphatiques sentinelles : 83,7 %, contre 67,8 % (P 
    • présentaient plus fréquemment une atteinte des ganglions lymphatiques : 25,5 %, contre 9,8 % (P = 0,008).
    • avaient plus fréquemment reçu une radiothérapie : 76 %, contre 43 % (P 
  • L’analyse multivariée corrigée pour prendre en compte les différences au niveau des caractéristiques clinicopathologiques a révélé que les patientes recevant une ET, comparativement à celles n’en recevant pas, ont obtenu les résultats suivants :
    • Amélioration de la SSM : rapport de risque (RR) de 0,42 (P 
    • Aucune amélioration de la RLR : RR de 0,38 (P = 0,069).
    • Aucune amélioration de la SSCS : RR de 0,70 (P = 0,595).
    •  Amélioration de la SG : RR de 0,44 (P = 0,004).

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Étude observationnelle.