Cancer du sein métastatique : une cohorte suisse quantifie la rareté de la survie à long terme

  • Güth U & al.
  • Oncology
  • 3 mai 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • 5,3 % d’une cohorte suisse atteinte d’un cancer du sein métastatique à distance étaient des survivants à long terme 9 ans après le diagnostic.
  • 2,3 % de la cohorte présentaient une rémission complète et aucun signe de la maladie à 20 ans.
  • La chimiothérapie agressive n’était pas associée à la survie à long terme.

Pourquoi est-ce important ?

  • La plupart des facteurs associés à la survie à long terme sont inconnus, mais les patients doivent être informés du fait que la survie à long terme et la guérison sont possibles.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte rétrospective de 342 patients atteints d’un cancer du sein métastatique à distance, diagnostiqués dans un hôpital suisse entre 1990 et 2011, a été analysée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 5,3 % étaient des survivants à long terme à 126 mois (intervalle : 108–300) ; 2,3 % ont obtenu une rémission complète et aucun signe de la maladie à 20 ans (234,5 mois).
  • Aucune différence n’a été observée en termes de survie à la maladie métastatique (SMD) au fil du temps : 1990–1999, contre 2000–2011 : 4,3 % contre 5,9 % (P = 0,63).
  • La chimiothérapie agressive n’était pas associée à la survie à long terme (50,0 %, contre 65,7 % chez les patients témoins avec une SMD plus faible ; P = 0,21).
  • Les survivants à long terme étaient plus susceptibles que les patients témoins de présenter une maladie primaire métastatique (P = 0,005) et des tumeurs à récepteurs hormonaux (Hormone Receptors, HR) positifs (P = 0,015).
  • Aucune différence n’a été observée en termes de SMD, par rapport aux patients témoins, pour les facteurs suivants : l’âge au moment du diagnostic, la présence de métastases viscérales et le nombre limité de métastases au moment du diagnostic.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Protocole observationnel et rétrospectif.
  • Étude menée avant l’arrivée de nouvelles classes thérapeutiques, telles que les inhibiteurs de poly(ADP-ribose) polymérases.